Il y a plus d'un mois, Adidas avait déjà laissé entrevoir ses résultats annuels 2014, via un trading update. On attendait donc surtout les perspectives pour 2015. A en juger par la réaction du marché, le géant des articles de sport est parvenu à convaincre ses investisseurs. Sans tenir compte des fluctuations de change, Adidas table cette année ...

Il y a plus d'un mois, Adidas avait déjà laissé entrevoir ses résultats annuels 2014, via un trading update. On attendait donc surtout les perspectives pour 2015. A en juger par la réaction du marché, le géant des articles de sport est parvenu à convaincre ses investisseurs. Sans tenir compte des fluctuations de change, Adidas table cette année sur une croissance du chiffre d'affaires (CA) d'environ 5M ('mid-single-digit'), une marge opérationnelle (EBIT) de 6,5 à 7% et une croissance du bénéfice comprise entre 7 et 10%. Tout porte à croire, donc, qu'Adidas, aidé par le rapport euro/dollar plus faible, parvienne à mieux contrer la concurrence de Nike que l'an dernier. Sans tenir compte des désinvestissements, l'augmentation de son CA ressort à 6%, à 14,8 milliards EUR à taux de change constants et à 2% en euro. Les activités de ventes au détail d'Adidas, qui ont progressé de 11% à taux de change constants, affichent la plus solide performance. La filiale américaine présente une croissance de son CA pour la septième année consécutive : +5% l'an dernier à taux de change constants.Le pire est derrière nousLa société a pu indiquer du reste que son bénéfice hors éléments exceptionnels, comme les amortissements de goodwill, à 642 millions EUR, étaient proches des 650 millions EUR annoncés. Le dividende demeure inchangé, malgré cette moins bonne année, à 1,50 EUR par action. Le pire est donc révolu pour Adidas. Qui plus est, le groupe attend un nouveau directeur (CEO), à la succession de Herbert Hainer. Ce faisant, il satisfait aux exigences des investisseurs anglo-saxons. Nous avons vu en Adidas un candidat au redressement pour 2015 et avec une hausse de 25% jusqu'ici, la valeur ne nous a pas déçus (rating 1A).