Le 25 octobre, l'entreprise biotechnologique gantoise Ablynx a signé de brillants débuts sur le Nasdaq, le marché américain des valeurs technologiques, avec une hausse de 28% en une seule séance. Ablynx a très bien choisi le moment pour rejoindre l'indice. L'entreprise venait de publier de très bons résultats d'étude de phase III avec Caplacizumab, son candidat médicament contre le PTT, une maladie du sang mortelle et rare. Le succès de cette entrée en Bourse est à interpréter comme une nouvelle reconnaissance de la plateforme technologique et du pipeline d'Ablynx. Son objectif initial était de récolter 150 millions de dollars. Mais l'émission a été sursouscrite trois fois, portant le montant à 200 millions. Au total, 11,43 millions d'actions ont été émises à 17,5 dollars l'unité. Soit 14,83 euros, ou une décote de 7% par rapport au dernier cours de clôture. En outre, l'option de sursouscription de 15%, soit 1,91 million d'actions, a été très rapidement exercée. Ablynx dispose aujourd'hui d'une position de trésorerie de 380 à 390 millions d'euros (208 millions à fin septembre).
...

Le 25 octobre, l'entreprise biotechnologique gantoise Ablynx a signé de brillants débuts sur le Nasdaq, le marché américain des valeurs technologiques, avec une hausse de 28% en une seule séance. Ablynx a très bien choisi le moment pour rejoindre l'indice. L'entreprise venait de publier de très bons résultats d'étude de phase III avec Caplacizumab, son candidat médicament contre le PTT, une maladie du sang mortelle et rare. Le succès de cette entrée en Bourse est à interpréter comme une nouvelle reconnaissance de la plateforme technologique et du pipeline d'Ablynx. Son objectif initial était de récolter 150 millions de dollars. Mais l'émission a été sursouscrite trois fois, portant le montant à 200 millions. Au total, 11,43 millions d'actions ont été émises à 17,5 dollars l'unité. Soit 14,83 euros, ou une décote de 7% par rapport au dernier cours de clôture. En outre, l'option de sursouscription de 15%, soit 1,91 million d'actions, a été très rapidement exercée. Ablynx dispose aujourd'hui d'une position de trésorerie de 380 à 390 millions d'euros (208 millions à fin septembre). En réalité, les Gantois n'avaient pas besoin de ces fonds pour exécuter les business plans existants, ni pour commercialiser Caplacizumab - c'est prévu à partir du deuxième semestre 2018 en Europe et du premier semestre 2019 aux États-Unis. À l'aide de ces réserves financières supplémentaires, Ablynx pourra maximiser la valeur de son pipeline. Peut-être déjà au cours des douze prochains mois, où d'importants résultats d'études seront publiés. Il s'agit de l'essai clinique de phase II avec Vobarilizumab, son médicament contre les rhumatismes, indiqué cette fois dans le traitement du lupus (premier semestre 2018), et de l'essai clinique de phase IIb avec l'anti-VRS ALX-0171 (deuxième semestre 2018). L'année prochaine commenceront en outre deux premiers essais cliniques dans le cadre d'une collaboration avec Merck (domaine : immunologie du cancer). Les excellents résultats de phase III avec Caplacizumab constituent un point charnière pour la valeur d'Ablynx. Sur la base d'un chiffre d'affaires maximal de 400 millions d'euros, l'entreprise devrait devenir structurellement rentable à partir de 2021 ou de 2022. Nous sommes très satisfaits de l'énorme succès rencontré par cette IPO sur le Nasdaq et confirmons l'avis digne d'achat (1C). Vu le poids croissant d'Ablynx dans notre portefeuille modèle, nous envisageons cependant de vendre, au cours des semaines à venir, les 75 actions achetées à 10,165 euros fin 2016. Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating: 1CCours : 17,78 EURTicker : ABLX BBCode ISIN : BE0003877942 Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 1,32 milliards EURC/B 2016 : -C/B attendu 2017 : -Perf. cours sur 12 mois : +90 %Perf. cours depuis le 01/01 : +63 %Rendement du dividende : -Le cours de l'action de l'entreprise biotechnologique louvaniste ThromboGenics a subi d'énormes fluctuations depuis que nous l'avons (ré)intégrée en portefeuille modèle il y a quelques semaines. Depuis, le cours a évolué entre 3,7 et 5,87 euros, soit une plage de quelque 60%. En cause : l'annonce, le 10 octobre, d'une prise de participation de 9,9% du géant pharmaceutique américain Merck dans KalVista, et la conclusion d'un partenariat pour le KVD001, le produit le plus avancé de cette petite biotech américaine. KalVista lancera bientôt un essai clinique de phase II avec KVD001 auprès de patients souffrant d'un oedème maculaire diabétique (OMD). Comme le THR-149 de ThromboGenics, le KVD001 est un inhibiteur de kallicréine plasmatique et la reconnaissance par Merck de cette possible voie de traitement pour l'OMD est une excellente nouvelle. KalVista a reçu un paiement d'étape de 37 millions de dollars et pourra percevoir jusqu'à 715 millions si elle atteint de futurs jalons cliniques, réglementaires et commerciaux. Les Louvanistes commenceront le premier essai clinique avec le THR-149 au premier semestre 2018. Il concerne un des quatre produits en développement pour le traitement de maladies oculaires liées au diabète. Malgré le pipeline plus limité de KalVista, le marché attribue une valeur de 142 millions de dollars à l'entreprise, dont environ la moitié est couverte par la position de trésorerie. ThromboGenics affiche une capitalisation boursière de 166 millions d'euros, dont 70% sont portés par une position de trésorerie de 113,4 millions fin septembre. Ce montant comprend les 53,7 millions d'euros reçus de son partenaire Alcon (Novartis), qui lui a restitué les droits de licence mondiaux pour Jetrea en dehors des États-Unis. Après approbation à une assemblée extraordinaire des actionnaires fin octobre, Novartis investira 10 millions d'euros supplémentaires dans le capital de ThromboGenics. Les résultats de l'essai de phase II avec le THR-317, un médicament anti-PLGF, mené auprès de 50 patients souffrant d'OMD avec une rétinopathie diabétique non proliférative (RDNP) ou de la forme proliférative qui menace la vue (RDP) sont attendus au premier trimestre 2018. Le recrutement de patients souffrant de RDNP est plus lent que prévu pour l'essai clinique de phase II avec le THR-409 (Jetrea), tandis que les préparatifs du premier essai clinique avec THR-687 avancent conformément au calendrier. Chez Oncurious, le partenariat entre ThromboGenics (participation de 85%) et le VIB, l'Institut flamand pour la biotechnologie, on a appris que deux des quatre groupes de patients avaient été recrutés pour l'étude en phases I/IIa avec le TB403 contre le cancer du cerveau chez les enfants. Nous sommes satisfaits des informations publiées chez ThromboGenics également. Sa position de trésorerie confortable apporte un peu d'air. Digne d'achat, mais le risque est supérieur à la moyenne (1C).Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1BCours : 4,55 EURTicker : THR BBCode ISIN : BE0003846632Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 166 millions EURC/B 2016 : -C/B attendu 2017 : Perf. cours sur 12 mois : +64 %Perf. cours depuis le 01/01 : +86 %Rendement du dividende : -