Avec un rendement d'un peu moins de 10%, nous surperformons de 12% l'indice BEL20, qui avait pourtant pris un mauvais départ en 2016. De même, l'Eurostoxx50 n'a sorti la tête de l'eau qu'en fin d'année, et par rapport à cet indice de référence, nous sommes en avance de près de 9%. Le MSCI World Index a également ...

Avec un rendement d'un peu moins de 10%, nous surperformons de 12% l'indice BEL20, qui avait pourtant pris un mauvais départ en 2016. De même, l'Eurostoxx50 n'a sorti la tête de l'eau qu'en fin d'année, et par rapport à cet indice de référence, nous sommes en avance de près de 9%. Le MSCI World Index a également terminé l'année sur une hausse, d'un peu moins de 2%, grâce à un rallye de dernière minute.La surperformance de notre portefeuille a été réalisée au premier semestre, grâce à la prise opportune de positions solides dans les métaux (précieux). Assez rapidement, l'or a pris de la hauteur, et nous avons pu en profiter pleinement. Au second semestre, ce fut nettement moins le cas, mais l'avance était telle qu'elle n'a plus été compromise ensuite.Petit bémol du portefeuille: le thème du vieillissement de la population, qui nous a occasionné de lourdes pertes. Notre choix d'investir pour le long terme (objectif 2020, voire 2025) dans cinq sociétés biotechnologiques belges prometteuses mais risquées n'a absolument pas porté ses fruits.Seule Argen-X est sortie du lot, même si MDxHealth s'est malgré tout distinguée au cours des derniers mois de l'année. Ablynx (lourdement sanctionnée en raison de la non-mise en licence de l'anti-rhumatismes potentiel Vobarilizumab par AbbVie) et Bone Therapeutics (du fait notamment du départ inattendu de son CEO) ont connu une évolution de cours décevante en 2016. Nous anticipons cependant une nette amélioration cette année. Notre ambition est bien entendu de réitérer cette année la performance de l'an dernier.