Oracle est en pleine transition entre l'édition de logiciels classique, axée sur les ventes de licences, et un modèle opérationnel basé sur des revenus récurrents. De nombreuses acquisitions ont permis au groupe de rester numéro deux mondial des logiciels. Oracle veut également proposer tous les produits de sa gamme via le cloud à ses quelque 430.000 clients - un travail de longue haleine dont les progrès sont difficiles à mesurer, car la structure des rapports a été modifiée l'an dernier, sans isolement possible des revenus cloud.
...

Oracle est en pleine transition entre l'édition de logiciels classique, axée sur les ventes de licences, et un modèle opérationnel basé sur des revenus récurrents. De nombreuses acquisitions ont permis au groupe de rester numéro deux mondial des logiciels. Oracle veut également proposer tous les produits de sa gamme via le cloud à ses quelque 430.000 clients - un travail de longue haleine dont les progrès sont difficiles à mesurer, car la structure des rapports a été modifiée l'an dernier, sans isolement possible des revenus cloud.Les résultats du deuxième trimestre de l'exercice 2019 (septembre à novembre) ont globalement été conformes aux attentes. Le chiffre d'affaires (CA) du groupe est en légère baisse par rapport à l'an dernier, à 9,57 milliards de dollars (-0,3%), mais dépasse le consensus (9,52 milliards de dollars). Le bénéfice par action (BPA) de 0,80 dollar était également supérieur aux prévisions (0,78 dollar), mais ce chiffre est biaisé car le vaste programme de rachat d'actions propres (lire plus loin) a eu un effet positif de 0,04 dollar par action et un taux d'imposition plus favorable a apporté un bonus de 0,03 dollar.La division Cloud Services and License Support (mises à jour de licences, support et activités cloud) représente 69% du CA et a vu ses ventes croître de 2,7%. Toutes les autres divisions sont en recul. Le CA a même baissé de 8,5% dans la division Cloud and On-Premise Software (nouvelles licences de logiciels). Les divisions Hardware et Services ont abandonné 5% chacune. Oracle table sur un redressement des ventes au deuxième semestre (décembre à mai), avec une hausse de 2 à 4% pour le trimestre en cours. Mais ces prévisions sont faites à cours de change constants - la croissance du résultat nominal pourrait donc être négative si le dollar gagne 4% en moyenne, par exemple. Oracle a dégagé un cash-flow disponible de 6,5 milliards de dollars au premier semestre de l'exercice en cours. Sur les quatre derniers trimestres, le cash-flow disponible s'établit à 13,7 milliards de dollars, soit 10% de plus qu'à la même période il y a un an.Oracle a aussi racheté 212 millions d'actions propres pour un montant total de 10 milliards de dollars entre août et novembre, qui s'ajoutent aux 203 millions d'actions du premier trimestre (aussi pour un montant de 10 milliards de dollars). Le groupe a donc racheté pour 20 milliards de dollars d'actions propres avec une (forte) prime depuis le début de l'exercice 2019. Le nombre d'actions en circulation a ainsi diminué d'un peu plus de 10%, ce qui aura un impact favorable sur le BPA. Mais compte tenu de l'évolution de l'action, ce n'est sans doute pas l'affectation la plus efficace du cash-flow. De plus, cette stratégie n'est pas durable: le rachat d'actions vaut à Oracle sa première position nette d'endettement en dix ans (8,6 milliards de dollars fin novembre). Trois mois plus tôt, le groupe disposait encore d'une position nette de trésorerie de deux milliards de dollars. Le dividende représente une charge annuelle supplémentaire de 2,7 milliards de dollars.Oracle domine la niche des logiciels de gestion de bases de données, mais cela ne suffit pas pour croître. Le groupe accuse un net retard sur Amazon, Microsoft et Alphabet (Google) dans le segment du cloud. La croissance du bénéfice est entièrement attribuable à des rachats d'actions, mais une telle stratégie est intenable au rythme actuel. Les prévisions pour les trimestres à venir semblent trop optimistes. Nous recommandons donc d'attendre.Conseil: conserver/attendre Risque: moyenRating: 2BCours: 44,49 dollarsTicker: ORCL USCode ISIN: US68389X1054Marché: New York Stock ExchangeCapit. boursière: 157,9 milliards USDC/B 2018: 14C/B attendu 2019: 13Perf. cours sur 12 mois: -5%Rendement du dividende: 1,7%