La 20e édition du Concours Investisseur, organisé chaque année par Trends-Tendanceset Keytrade Banque, a commencé le 19 février, et s'achèvera le vendredi 27 avril. Le gagnant remportera 10.000 euros à investir. Vous désirez vous inscrire? Il n'est pas trop tard. Rendez-vous sur le site http://concoursinvestisseurs.levif.be. Bonne chance!
...

La 20e édition du Concours Investisseur, organisé chaque année par Trends-Tendanceset Keytrade Banque, a commencé le 19 février, et s'achèvera le vendredi 27 avril. Le gagnant remportera 10.000 euros à investir. Vous désirez vous inscrire? Il n'est pas trop tard. Rendez-vous sur le site http://concoursinvestisseurs.levif.be. Bonne chance!La hausse des taux est l'événement qui tient les marchés financiers en haleine. Si cette évolution se mue en tendance, les entreprises endettées seront les plus sévèrement touchées. Sur Euronext Bruxelles, ce serait par exemple le cas d'Exmar.Les hausses des taux ne désavantagent toutefois pas tout le monde. Elles sont par exemple intéressantes pour ces entreprises qui empruntent à court terme (à taux réduit) et prêtent à plus long terme (à des taux plus élevés). Des banques comme KBC, ING et des compagnies d'assurances telles qu'Ageas, sont dans le cas.L'investisseur ne se contentera pas de s'intéresser aux taux nominaux: l'inflation doit par ailleurs augmenter suffisamment pour convaincre la Banque Centrale Européenne (BCE) de relever son taux directeur. Or nous n'en sommes pas encore là. Ceci étant, investir en actions revient à anticiper; les actions bancaires, toujours en retrait par rapport au redressement généralisé, sont ainsi plébiscitées par maints analystes boursiers.Les valeurs cycliques profitent sans conteste des relèvements de taux. Généralement très généreuses pour l'actionnaire, les actions des secteurs énergétique, informatique et des matériaux sont elles aussi recommandées. Du côté des perdants, nous épinglerons les sociétés de services aux collectivités et les entreprises télécom.Les sociétés immobilières sont généralement très endettées; toute remontée de taux alourdit le coût de leur dette, et pèse de surcroît sur la valeur de l'immobilier. Le cours des actions immobilières est donc très sensible aux brusques augmentations de taux.En période de hausse, nombreux sont les investisseurs qui se réfugient dans les actions défensives, moins sensibles aux variations conjoncturelles. Nous pensons notamment aux actions du secteur alimentaire et du secteur tertiaire - les besoins primaires doivent être satisfaits, qu'importe la situation économique.