Vranken-Pommery
...

Vranken-PommeryL'emprunt obligataire de 150 millions EUR d'une échéance de 6 ans émise récemment par le producteur de champagnes a remporté un franc succès. Au 1er semestre 2013, le CA du groupe s'est tassé de 11%, à 111,9 millions EUR, mais le groupe impute cette baisse à sa décision de vendre moins de champagne en vrac aux autres maisons. Le 2e semestre représente environ 70% du CA annuel. Vranken-Pommery table toujours sur une croissance de son CA pour 2013. A 19 EUR se trouve un soutien. Digne d'achat (1B). KPN America Movil, la société de télécoms du Mexicain Carlos Slim, a résilié unilatéralement son accord de collaboration avec KPN. Selon les analystes, cette décision pourrait déclencher une nouvelle fièvre d'acquisition autour de la société de télécoms néerlandaise. Un scénario possible serait qu'AmericaMovil, seul ou avec le soutien d'AT&T, reprenne KPN. Le cours de KPN a en tout cas rebondi après l'annonce de la résiliation de l'ancien pacte. La percée au-delà de 1,70 EUR a été synonyme de premier signal d'achat technique pour KPN. Conserver/Attendre (3C). Siemens Après des chiffres décevants, le directeur de Siemens, Peter Loescher, a dû prendre congé. Un nouvel avertissement sur bénéfice, le cinquième depuis son arrivée en 2007, a manifestement coûté son poste au CEO. Celui-ci a admis que l'objectif de marge bénéficiaire de 12% ne serait pas atteint. Les prévisions des analystes par rapport aux chiffres du 3e trimestre 2013, prévus pour le 1er août, ne sont pas ambitieuses. La tendance technique de l'action évolue de manière neutre. A 76 EUR se trouve un soutien. Alléger (4B). Facebook Des chiffres trimestriels supérieurs aux prévisions ont catapulté le cours de l'action 25% plus haut. Facebook a en effet annoncé un CA de 1,8 milliard USD pour un bénéfice de 333 millions USD. Un an plus tôt, le groupe accusait encore une perte de 157 millions USD. L'élément positif est que les perspectives en matière de revenus mobiles demeurent positives. Le cours approche de son prix d'introduction de 38 USD. Techniquement, la tendance redevient haussière mais fondamentalement, Facebook reste trop cher. Alléger (4C). Indice BEL20 Il n'y a pas de danger imminent mais le risque existe que l'indice qui regroupe les 20 principales actions belges forme un sommet inférieur, sous celui atteint en mai dernier, autour de 2750 points. Ceci pourrait donner lieu à une inflexion de tendance, vers le bas. En cas de repli sous le plancher de juin dernier à 2450 points, ce sera le cas. Quoi qu'il en soit, l'indice BEL20 a toutes les peines du monde à percer la première zone de résistance à 2650 points. L'un des maillons faibles du BEL20 est le poids lourd ABInBev, dont la tendance est plutôt baissière.Cours de l'argent Malgré la lourde chute du cours de l'argent de près de 50 USD l'once en 2011 à moins de 19 USD fin juin 2013, le métal précieux n'est pas vraiment parvenu à entamer un rallye d'importance. Le métal a même du mal à se frayer un chemin au travers de la première résistance horizontale à 20 USD. A 20 USD se trouve le sommet qui remonte à 2008. Ceci démontre la faiblesse de la tendance sous-jacente. Si la percée au-delà de 20 USD réussit, le cours de l'argent peut rebondir à 24 USD.