Le français Velcan Holdings a effectivement annoncé, le 20 août, l'abandon des centrales de la province d'Arunachal Pradesh, pour un total de 571 mégawatts. Il avait obtenu les concessions en 2007, mais les choses n'avançaient plus beaucoup ces dernières années. La renégociation de la concession, nécessaire pour la reconduction des permis, ayant échoué, il va chercher un repreneur et acter une dépréciation sur les 7,4 millions d'euros de frais ...

Le français Velcan Holdings a effectivement annoncé, le 20 août, l'abandon des centrales de la province d'Arunachal Pradesh, pour un total de 571 mégawatts. Il avait obtenu les concessions en 2007, mais les choses n'avançaient plus beaucoup ces dernières années. La renégociation de la concession, nécessaire pour la reconduction des permis, ayant échoué, il va chercher un repreneur et acter une dépréciation sur les 7,4 millions d'euros de frais de développement restants (l'autre moitié avait déjà été dépréciée). La décision a l'avantage de la clarté: le holding se transforme ainsi en une société d'investissement, dont les activités se limiteront à la gestion de ressources financières qui fluctuent depuis des années autour de 100 millions d'euros, et à Rodeio Bonito, la centrale hydroélectrique brésilienne de 15 mégawatts. Velcan a profité des turbulences du début de 2020 pour revendre la majeure partie de ses obligations au profit d'actions et de trackers. Il a par ailleurs racheté 1,1 million d'actions propres depuis le début de 2018, ce qui a fait passer de 6,6 millions fin 2017 à 5,55 millions fin 2020 le nombre d'actions en circulation. Mais en rachetant à des limites inférieures au niveau atteint lors de l'annonce, il a davantage pesé sur le titre qu'il ne l'a soutenu. Le plancher absolu a coïncidé avec le démarrage, en mars 2020, d'un programme portant sur 300.000 actions, au prix maximum de 5,1 euros l'unité. En septembre, après avoir racheté 112.104 titres à 4,83 euros en moyenne, le groupe a relevé le minimum à 7 euros; 107.719 titres de plus ont été acquis ensuite. Or, le cours fluctue depuis des mois entre 8 et 10 euros. La nouvelle autorisation, obtenue en juillet pour les cinq prochaines années, lui permet de racheter 2,5 millions d'actions (45% du total en circulation), mais elle prévoit une marge de -15% à +30% par rapport au cours. Espérons que Velcan s'attelle enfin à créer de la valeur pour l'actionnaire. A une capitalisation de 0,45 fois à peine la valeur comptable et 0,5 fois les actifs financiers, la valorisation reste anormalement basse. Nous relevons le conseil à acheter (1C). L'action étant cotée sur la très peu liquide Bourse de Luxembourg, travaillez avec des limites strictes.