Plus de quatre ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, l'industrie de l'uranium est toujours en crise. Malgré les perspectives positives à long terme, un redressement substantiel des cours de l'uranium se fait toujours attendre. Après être retombé à un plancher à 28 USD l'été dernier, le prix spot de la livre d'uranium a rebondi à 44 USD fin 2014 pour fluctuer depuis lors entre 35 et 40 USD (pour l'heure 37 USD). C'est bien trop peu pour attirer de nouveaux investissements, qui nécessitent des prix d'au moins 75 USD. Toutes les prévisions font état d'un déficit structurel du marché de l'uranium à partir de 2020, causé par une hausse structurelle de la demande à la suite de la construction des nouvelles centrales, surtout en Asie, en Russie et dans le Moyen-Orient. Un fait important dans l'absence de redressement des prix à court terme reste le très long processus d'approbation du redémarrage des premières centrales nucléaires au Japon. Mais avec le redémarrage prévu de Sendai 1 et 2, respectivement en août et en octobre, la première étape a...