La semaine écoulée était l'une des plus violentes de l'année. La nervosité a bien sûr été alimentée par l'impasse des pourparlers sur la dette grecque ainsi que par le résultat des élections britanniques. Mais ces deux événements n'expliquent pas l'ampleur des mouvements enregistrés durant la semaine passée.
...