Contrairement à ce que nous espérions, l'or n'a pas encore percé cette année. Au contraire: après avoir une nouvelle fois échoué à franchir la barre des 1.360 dollars l'once troy (31,1grammes) au printemps, le cours est rapidement retombé sous les 1.200 dollars, pour atterrir à 1.160 dollars à la mi-août. Il affiche actuellement un repli d'un peu moins de 10% par rapport à son niveau du mois de janvier.
...

Contrairement à ce que nous espérions, l'or n'a pas encore percé cette année. Au contraire: après avoir une nouvelle fois échoué à franchir la barre des 1.360 dollars l'once troy (31,1grammes) au printemps, le cours est rapidement retombé sous les 1.200 dollars, pour atterrir à 1.160 dollars à la mi-août. Il affiche actuellement un repli d'un peu moins de 10% par rapport à son niveau du mois de janvier.Nous restons néanmoins convaincus qu'une remontée s'est amorcée fin 2015/début 2016. Nous l'avions fait remarquer à l'époque et avions créé à cette occasion un thème distinct au sein du portefeuille. Notre stratégie a aussitôt porté ses fruits grâce, principalement, à la hausse vertigineuse des mines aurifères, qui avaient dévissé de 85% en moyenne entre 2011 et la fin de 2015. Hélas, depuis le sommet (intermédiaire) atteint à l'été 2016, nous restons sur notre faim...Il ne peut y avoir de percée définitive que si le cours dépasse 1.360 dollars, voire le sommet de 1.375-1.400 dollars l'once troy atteint en 2013 et en 2016. Le métal jaune s'est particulièrement distingué pendant la crise de la dette, au début de l'actuelle décennie (sommet autour de 1.900 dollars en 2011). Les marchés financiers ne craignent pas qu'une telle crise se reproduise mais la problématique de la dette n'a cessé de s'accentuer à l'échelon mondial, y compris aux Etats-Unis. Le phénomène ne se manifeste qu'en cas de ralentissement de l'économie.Tant que le cours de l'or demeurera supérieur à 1.050 dollars (plancher atteint fin 2015), nous estimerons qu'il a amorcé la formation d'un plancher autour de 1.125 dollars (plancher de la fin de 2016) tout au plus, ce qui constituerait une opportunité d'achat exceptionnelle. Nous restons en effet convaincus de n'en être qu'au début du cycle haussier, appelé à durer de nombreuses années, qu'un sérieux coup de fouet (tout comme au premier semestre de 2016) s'annonce et qu'une chute aux niveaux actuels n'est plus à craindre.Il est possible d'acheter de l'or physique - c'est le meilleur moyen de protéger votre portefeuille dans l'hypothèse où la problématique des dettes reviendrait à l'avant-scène. Si vous souhaitez prendre un peu plus de risques, réservez une partie de votre position en or aux actions minières, qui viennent d'accuser un recul plus marqué encore que le métal jaune. Le choix le plus évident, en l'occurrence le tracker VanEck Vectors Goldminers (ticker: GDX), est pour l'heure quasi inaccessible aux investisseurs particuliers, à cause de la réglementation PRIIP. C'est pourquoi la rubrique consacrée aux matières premières propose plusieurs solutions de rechange. Considérez cela comme un investissement sur plusieurs années. Nous avons décidé d'accentuer nos liquidités, pour pouvoir étoffer notre position en or et en mines d'or si la formation du plancher devait se confirmer.