Les déclarations des deux banques centrales reflétaient un certain désarroi. La japonaise, par exemple, refuse de changer de politique en dépit du fait que celle-ci n'a encore donné aucune satisfaction. Elle s'est contentée de se fixer d'autres objectifs. À partir de maintenant, elle n'attachera plus d'importance à l'évolution de l'inflation. Comme ses collègues, elle visait auparavant le taux de 2%. Sans succès. Aujourd'hui, elle ne s'assigne plus aucun but en la matière. Elle veillera en revanche à ce que le taux à 10ans ne s'élève jamais au-dessus de 0%. Une façon comme une autre d'annoncer qu'elle achètera en masse tous les titres qu'on lui remettra. Ce faisant, elle enclenche indirectement une accélération de l'inflation.
...