L'action PureCircle a perdu la moitié de sa valeur depuis son sommet en 2014. Le leader de marché de la production et de la commercialisation d'édulcorants naturels pauvres en calories à partir de feuilles de stévia a pourtant accompli un parcours impressionnant ces dernières années. Le marché du stévia a en effet enregistré l'essor qui lui était promis, porté dans le monde entier par de plus en plus de produits contenant cette plante _ plus de 7000 désormais. PureCircle, qui possède une large avance technologique, s'est surtout concentrée ces dernières années sur le développement de nouveaux ingrédients qui se rapprochent davantage du goût du sucre tout en réduisant encore le nombre de calories. Le Sigma-D, un édulcorant spécifiquement conçu pour réduire le nombre de calories dans les produi...

L'action PureCircle a perdu la moitié de sa valeur depuis son sommet en 2014. Le leader de marché de la production et de la commercialisation d'édulcorants naturels pauvres en calories à partir de feuilles de stévia a pourtant accompli un parcours impressionnant ces dernières années. Le marché du stévia a en effet enregistré l'essor qui lui était promis, porté dans le monde entier par de plus en plus de produits contenant cette plante _ plus de 7000 désormais. PureCircle, qui possède une large avance technologique, s'est surtout concentrée ces dernières années sur le développement de nouveaux ingrédients qui se rapprochent davantage du goût du sucre tout en réduisant encore le nombre de calories. Le Sigma-D, un édulcorant spécifiquement conçu pour réduire le nombre de calories dans les produits laitiers, a ainsi été lancé fin 2014. Il a été suivi l'été dernier par le Sigma-T, un édulcorant pour le thé. Fin 2015 était présentée la Zita Family, un groupe de nouveaux ingrédients (avec notamment le Reb M et Reb D) dotés de meilleures sensations gustatives. Sur le plan réglementaire, trois bonnes nouvelles ont été enregistrées ces derniers mois. En novembre, l'Inde a enfin approuvé l'utilisation de stévia - c'était le dernier grand pays à ne pas l'avoir fait. En décembre, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) a émis une recommandation positive pour l'utilisation du Reb M en Europe. L'approbation officielle devrait suivre cette année, faisant de l'Europe le deuxième marché après les États-Unis à autoriser l'utilisation du Reb M. En janvier enfin, le Brésil a étendu l'usage possible du stévia en approuvant un mélange de la plante et de sucre dans les boissons non alcoolisées. En 2015, le marché total du stévia était estimé à 200millions USD, mais il pourrait atteindre au moins 1milliard USD au cours des années à venir. Nous retrouvons cette tendance positive dans le rapport semestriel _ période de juillet à décembre _ où PureCircle affiche une croissance du chiffre d'affaires (CA) de 26%, de 43,2millions USD en 2014, à 54,5millions USD. La pénurie temporaire de feuilles de stévia qui avait pesé sur la marge bénéficiaire des derniers exercices semble avoir disparu. Le bénéfice brut a en effet progressé de 56% à 22,6millions USD, la marge bénéficiaire brute passant de 33,5% à 41,5%. Les cash-flows opérationnels (EBITDA) ont plus que doublé, passant de 6,5millions USD à 13,5millions USD, et le groupe a enregistré son premier résultat net positif au cours du 1ersemestre (il réalise traditionnellement deux tiers de son CA au 2esemestre), avec un bénéfice net de 5millions USD (perte nette de 0,9million USD en 2014), soit 2,88centimes de dollar par action. La position nette d'endettement a baissé de 12% à 46millions USD. Ces chiffres incluent une charge de 2millions USD liée au passage, en octobre 2015, de l'AIM _ Alternative Investment Market _ à la Bourse principale de Londres. L'opération favorisera la visibilité et la liquidité de l'action. L'entreprise table sur une croissance du CA de 30% sur les 5prochaines années et a dès lors investi 42millions USD dans une importante extension de sa capacité de production (finalisée début 2017), qui permettra un CA compris entre 450 et 500millions USD. La maturité croissante est d'ailleurs confirmée par deux nominations d'importance au conseil d'administration l'an dernier (Mitch Adamek et le Belge Guy Wollaert, qui ont gagné leurs galons respectivement chez PepsiCo et Coca Cola) et la désignation, la semaine dernière, de Rakesh Sinha, un vieux serviteur d'Unilever, au poste de directeur financier (CFO). Conclusion La forte correction subie par PureCircle est excessive à nos yeux et nous réintégrons dès lors l'action en Sélection. La valorisation est un peu plus attrayante avec un ratio valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) attendu en 2016 de 19,5, et un rapport cours/bénéfice de 34. Et surtout : les perspectives sont excellentes.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B