Plus d'articles ont été consacrés à l'or et l'argent ces quatre dernières semaines que sur les quatre années précédentes. C'est sans aucun doute l'été du Nasdaq et des métaux précieux. Tous ces articles sont positifs. Presque plus personne ne semble envisager une nouvelle baisse des cours de l'or et de l'argent. Certains analystes et journalistes voient le métal jaune franchir la barre des 2.000 dollars l'once dans les deux semaines, d'autres dans les trois mois. Certains envisagent même un cours de 2.200-2.300 dollars l'once. D'autres osent carrément évoquer les 3.000 do...

Plus d'articles ont été consacrés à l'or et l'argent ces quatre dernières semaines que sur les quatre années précédentes. C'est sans aucun doute l'été du Nasdaq et des métaux précieux. Tous ces articles sont positifs. Presque plus personne ne semble envisager une nouvelle baisse des cours de l'or et de l'argent. Certains analystes et journalistes voient le métal jaune franchir la barre des 2.000 dollars l'once dans les deux semaines, d'autres dans les trois mois. Certains envisagent même un cours de 2.200-2.300 dollars l'once. D'autres osent carrément évoquer les 3.000 dollars l'once. Mais tout cela manque selon nous de perspectives à long terme. Et à nos yeux, celles-ci sont très encourageantes. A la percée de l'or de l'an dernier a succédé celle des mines d'or il y a quelques mois, puis celle de l'argent, traditionnel retardataire, il y a quelques semaines. D'un point de vue technique, la situation est idéale: les métaux précieux entrent dans un marché haussier (bull market) séculaire, de longue durée. Ce qui nous amène à préciser que nous serions particulièrement déçus, si pour l'or le plus-haut de la décennie ne s'établissait qu'à 3.000 dollars. En effet, la situation technique est soutenue par une série de facteurs: les montants colossaux injectés par les banques centrales dans le système maintiennent les taux réels négatifs, des déficits budgétaires gigantesques s'observent dans le monde entier, les dettes explosent partout, et l'économie mondiale, certes en récession actuellement, subit en fait un ralentissement structurel de la croissance depuis plusieurs mois. Pourquoi, dans ce cas, avons-nous récemment réduit nos positions en actions liées à l'or et l'argent? Parce qu'à notre estime, les métaux précieux pourraient subir une correction au cours des prochains mois, après l'actuelle surchauffe. Nous craignons que les investisseurs qui, encouragés par tous ces articles positifs mais incomplets, sont en train de se jeter sur l'or et l'argent ne puissent être que déçus à court terme. Dans le secteur, nous avons récemment vendu 200 actions First Majestic Silver achetées fin mars à 5,50 dollars (gain de 138%), 500 actions IAMGOLD achetées en mars également, à 2,19 dollars (gain de 122%), 1.000 actions McEwen Mining achetées fin mars à 0,68 dollar (gain de 98%) et 100 actions Pan American Silver achetées à 13,19 dollars (gain de 178%). Nous nous réjouissons d'avoir, pour ce qui nous concerne, relevé nos conseils à "acheter" il y a quelques mois. Nous estimons par ailleurs que tous les signaux sont au vert à long terme. Pour cette raison, nous conserverons une position substantielle dans les métaux précieux au sein du portefeuille modèle à un horizon de cinq à 10 ans. Non pas à titre de diversification, mais bien parce que les valeurs liées aux métaux précieux sont celles que compte tout portefeuille d'investissement solide et rémunérateur.