En 2017, l'OCDE prévoit un redressement de la croissance à 1,1% grâce au récent rebond des cours des matières premières. Le principal facteur de croissance sera cependant la confiance des investisseurs dans ...

En 2017, l'OCDE prévoit un redressement de la croissance à 1,1% grâce au récent rebond des cours des matières premières. Le principal facteur de croissance sera cependant la confiance des investisseurs dans l'économie sud-africaine. Et celle-ci ne reviendra qu'avec la stabilité politique au sein du gouvernement Zuma et de l'ANC, son parti. L'instabilité menace même de coûter au pays sa note BBB et de réduire ses obligations publiques au rang de " junk bonds ". Pour une devise spéculative à haut rendement comme le rand sud-africain, beaucoup dépend de l'appétit des investisseurs pour le risque. Celui-ci pourrait être influencé négativement par la perte de la note BBB, par exemple, ou par une hausse des taux plus rapide que prévu aux États-Unis. Mais un Brexit " dur " en Europe - avec toutes les conséquences économiques qu'il impliquerait - pourrait également inciter les investisseurs à fuir les monnaies plus risquées. La crise politique persistante au sein du parti ANC au pouvoir continuera également de peser sur le rand.