Le nouveau modèle d'affaires de l'industrie éolienne est à la fois un avantage et un inconvénient pour des incontournables du secteur comme Vestas, le premier producteur de turbines éoliennes au monde. A présent que le secteur a besoin de moins en moins de subsides pour être compétitif, il bascule de manière progressive mais irrévocable vers un mécanisme de marché où les contrats aux constructeurs et fournisseurs sont attribués par enchères. Du coup, alors que Vestas dégageait encore une marge bénéficiaire plantureuse de 13,9% en 2016 (au niveau du bénéfice d'exploitation), celle-ci s'est érodée l'an dernier à 12,4%. Pour cette année, l'entreprise prévoit une marge comprise entre 9 et 11%. Cette pression sur les marges a affecté le cour...

Le nouveau modèle d'affaires de l'industrie éolienne est à la fois un avantage et un inconvénient pour des incontournables du secteur comme Vestas, le premier producteur de turbines éoliennes au monde. A présent que le secteur a besoin de moins en moins de subsides pour être compétitif, il bascule de manière progressive mais irrévocable vers un mécanisme de marché où les contrats aux constructeurs et fournisseurs sont attribués par enchères. Du coup, alors que Vestas dégageait encore une marge bénéficiaire plantureuse de 13,9% en 2016 (au niveau du bénéfice d'exploitation), celle-ci s'est érodée l'an dernier à 12,4%. Pour cette année, l'entreprise prévoit une marge comprise entre 9 et 11%. Cette pression sur les marges a affecté le cours de l'action. L'an dernier, le chiffre d'affaires (CA) et le bénéfice se sont repliés après une croissance spectaculaire au cours des années précédentes. Cette correction offre une opportunité pour les investisseurs qui ne détiennent pas encore l'action. Vestas prévoit que les prix et les marges se stabiliseront dès que le système d'enchères sera bien implanté. La pression sur les marges n'est donc que temporaire. Pour autant, il ne faut plus espérer voir les marges atteindre les niveaux de ces dernières années. D'après la direction, la marge de Vestas se maintiendra après 2018 à 10% au minimum. Son bénéfice devrait dès lors augmenter.Vestas a l'ambition de connaître une croissance plus rapide que celle du marché. La demande de turbines éoliennes sur terre progresse de 3 à 5% par an. Pour cette année, Vestas pronostique une hausse de son CA comprise entre 0 et 10%, malgré la baisse des prix. Son carnet de commandes de mieux en mieux garni témoigne aussi de la position enviable de Vestas. La demande de turbines éoliennes en mer augmente, elle, de 15 à 20% par an. Vestas est actif sur ce marché par le biais de la joint-venture qu'elle a créée avec Mitsubishi Heavy Industries. La coentreprise était déficitaire l'an dernier mais s'attend à une forte hausse de la demande en Asie après 2020. A moyen terme, un marché de substitution se développe: il devient intéressant financièrement de remplacer les turbines de la première heure par des modèles de dernière génération.Vestas délivre également des contrats d'entretien, pour ses propres turbines comme pour celles d'autres producteurs. Cette prestation de services est une activité très lucrative. La croissance du CA y ressort à 8-9%. Ce CA présente l'avantage d'être prévisible. Aussi, l'activité a dégagé une marge confortable de 20% en 2017, qui n'est, elle, aucunement sous pression. La prestation de services contribue désormais à hauteur de 15% au CA, et constitue un élément de plus en plus important du bénéfice de Vestas. La société dispose d'une position liquide nette de près de 3,3 milliards d'euros, couplée à des cash-flows disponibles élevés. L'entreprise est dès lors en mesure de verser un dividende correspondant à 30% du bénéfice et de racheter régulièrement des actions propres.La nette correction de Vestas offre une nouvelle opportunité d'entrée. A partir de 2019, le bénéfice devrait à nouveau progresser de manière constante du fait de la stabilisation des marges et de la hausse du CA attendues. Pour un leader mondial présentant de telles perspectives de croissance, un rapport C/B de 14 et une valeur d'entreprise correspondant à six fois le cash-flow d'exploitation sont intéressants. Notre conseil: acheter. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 57 eurosTicker : VWS GYCode ISIN : DK0010268606Marché : XetraCapit. boursière : 11,7 milliard EURC/B 2017 : 13C/B attendu 2018 : 14Perf. cours sur 12 mois : -15 %Perf. cours depuis le 01/01 : -4 %Rendement du dividende : 2,2 %