Les épargnants paient toujours la note, laquelle sera, cette année, plus salée encore que d'habitude à cause de la hausse des prix de nombreux produits et services. L'inflation atteint aujourd'hui 3% en Europe et jusqu'à 5% aux Etats-Unis en moyenne. A l'inverse, les taux d'intérêt sur les placements à revenu fixe en général et sur les comptes d'épargne en particulier font preuve d'une désespérante asthénie. La perte de pouvoir d'achat (quelque 15% déjà depuis la crise bancaire) s'accentue donc.
...

Les épargnants paient toujours la note, laquelle sera, cette année, plus salée encore que d'habitude à cause de la hausse des prix de nombreux produits et services. L'inflation atteint aujourd'hui 3% en Europe et jusqu'à 5% aux Etats-Unis en moyenne. A l'inverse, les taux d'intérêt sur les placements à revenu fixe en général et sur les comptes d'épargne en particulier font preuve d'une désespérante asthénie. La perte de pouvoir d'achat (quelque 15% déjà depuis la crise bancaire) s'accentue donc.De plus en plus de détenteurs de liquidités excédentaires cherchent dès lors d'autres solutions d'investissement. En Belgique, l'immobilier a résolument la cote. Cela fait près de 40 ans que le marché immobilier du plat pays affiche une solidité à toute épreuve. Les prix n'ont pas reculé, tant s'en faut, et les innombrables projets de construction trouvent facilement preneur.Une autre solution encore consiste, bien sûr, à investir en actions, directement ou indirectement (via des fonds, des trackers, etc.). Les marchés d'actions ont le vent en poupe: qui un rendement de 20% à 30% en 12 à 18 mois ne tenterait-il pas? Reste à savoir s'il n'est pas trop tard pour se positionner - tout le monde veut acheter au prix le plus bas mais lorsque les cours s'effondrent, rares sont ceux qui osent se lancer. Les investisseurs, surtout débutants, qui ont l'audace d'acheter au moment "idéal", n'abondent finalement pas. Du reste, ces moments parfaits - juste avant un krach boursier, par exemple - relèvent eux aussi de l'exception: les Bourses ne s'effondrent pas tous les ans. Les moments propices à un investissement en actions sont en revanche nettement plus nombreux. Car, comme le rappelle Haal alles uit uw beleggingen, notre nouveau livre (éditions Houtekiet, en néerlandais uniquement à ce jour), l'investissement est un marathon, pas un sprint. Mettons que vous disposiez de 20.000 euros: nous vous conseillons de ne pas en investir la totalité immédiatement. Le timing est en effet crucial, or l'investisseur débutant ne sait pas toujours où l'on se trouve dans le cycle. Commencez donc par placer un quart de la somme, et veillez à ne constituer votre portefeuille d'actions que progressivement. Un système simple, mais rentable, consiste à investir régulièrement un montant fixe (par exemple, 1.000 euros chaque mois ou chaque trimestre); cela vous permettra d'acquérir automatiquement plus de titres lorsque les marchés seront bas, et moins quand les indices seront élevés - à l'encontre du comportement intuitif qui incite à acheter davantage lorsque les indices montent (avidité) et moins lors des phases de turbulence (crainte). Un rythme d'investissement constant oblige à faire fi des émotions et à investir en pilote automatique, une stratégie qui ne peut être que rentable sur le long terme. Tel est un des nombreux conseils simples que donne Haal alles uit uw beleggingen.