La plupart des investisseurs tendent actuellement à éviter les actions britanniques. Ce qui n'a rien d'étonnant, puisque le Royaume-Uni fait face à des problèmes non négligeables. Le pays vit complètement sous l'emprise du Brexit depuis plus de deux ans et la saga n'est pas restée sans conséquences pour l'économie et la livre (GBP). Après une contraction de l'activité au deuxième trimestre, l'ombre d'une récession plane au-dessus du Royaume-Uni.
...

La plupart des investisseurs tendent actuellement à éviter les actions britanniques. Ce qui n'a rien d'étonnant, puisque le Royaume-Uni fait face à des problèmes non négligeables. Le pays vit complètement sous l'emprise du Brexit depuis plus de deux ans et la saga n'est pas restée sans conséquences pour l'économie et la livre (GBP). Après une contraction de l'activité au deuxième trimestre, l'ombre d'une récession plane au-dessus du Royaume-Uni. Cela dit, pour les multinationales qui produisent la majeure partie de leur chiffre d'affaires à l'étranger, la dépréciation de la livre est une bénédiction. C'est en premier lieu le cas dans les secteurs exportateurs comme la technologie, l'industrie pharmaceutique et les matières premières. Il en va tout autrement des petites et moyennes entreprises qui importent des biens et services: pour elles, la baisse de la livre entraîne une nette augmentation des coûts. Le soulagement que susciterait un Brexit plus ou moins ordonné devrait provoquer un redressement généralisé de la Bourse britannique. La meilleure manière de miser sur un redressement de grandes capitalisations britanniques consiste à investir dans l'indice FTSE 100, qui se compose des 100 plus grandes actions britanniques, mesurées en fonction de leur valeur de marché. C'est possible avec des produits à effet de levier, mais également par le biais d'ETF, comme l'iShares Core FTSE 100, qui s'échange sur Euronext (ticker ISFA, code ISIN IE0005042456). Il appartient à la gamme iShares de l'émetteur BlackRock Asset Management. Les sous-jacents sont effectivement achetés (on parle dans ce cas de réplication physique) et les dividendes sont distribués. Le gestionnaire y applique des frais de gestion très bas de 0,07%. Quant à la meilleure manière de profiter d'un redressement de l'économie britannique et de la GBP, elle consiste à miser sur les petites et moyennes entreprises. Par exemple avec l'ETF iShares MSCI UK SmallCap. Ce tracker également émis par BlackRock se négocie pour sa part sur le Xetra (ticker SXRD, code ISIN IE00B3VWLG82). Le gestionnaire achète lui aussi les actifs composant l'indice, mais il capitalise les dividendes. Le sous-jacent est l'indice MSCI United Kingdom Small Cap, qui se composait, lui, de 267 entreprises au 21 août. Mais, de 0,58%, les frais de gestion annuels sont ici élevés.