Plusieurs grandes entreprises japonaises se négocient aussi sur les places boursières occidentales, mais les investisseurs qui souhaitent investir dans des entreprises locales sur le vaste marché boursier japonais préféreront investir dans des trackers, ou ETF.
...

Plusieurs grandes entreprises japonaises se négocient aussi sur les places boursières occidentales, mais les investisseurs qui souhaitent investir dans des entreprises locales sur le vaste marché boursier japonais préféreront investir dans des trackers, ou ETF. Code ISIN: IE00BYVJRQ85Bourse: XetraFrais de gestion annuels: 0,25%Ticker (Xetra): QDVNCe tracker émis par BlackRock se négocie en euro sur le Xetra. Il s'agit d'un tracker physique: les actions du sous-jacent sont effectivement achetées. Le sous-jacent est l'indice MSCI Japan, qui compte actuellement 70 sociétés. D'autres trackers encore répliquent cet indice. Par exemple, le Xtrackers MSCI Japan, qu'a émis DWS Investments (Deutsche Bank). Il s'échange lui aussi sur le Xetra (ticker DBXJ, code ISIN LU0274209740). Les frais de gestion s'élèvent ici à 0,3% l'an. Ou encore, l'UBS ETF MSCI Japan, émis par le fonds suisse UBS ETF et coté sur le Xetra également (ticker UIM5, code ISIN LU0136240974. Les frais de gestion sont encore plus élevés, à 0,35%. DBXJ et UIM5 sont eux aussi des trackers physiques.Beaucoup plus vaste que le MSCI Japan, l'indice Topix regroupe pour sa part les actions cotées dans la première des deux sections de la Bourse de Tokyo. Cette section regroupe les plus grandes capitalisations boursières, actuellement plus de 2.100; capitalisation et flottant (nombre d'actions librement négociables) déterminent la pondération dans le Topix. Compte tenu du très grand nombre d'actions dans l'indice, les pondérations individuelles y sont beaucoup plus faibles qu'au sein du MSCI Japan.Code ISIN: LU1681037609Bourse: Euronext ParisFrais de gestion annuels: 0,2%Ticker (Paris): TPXECe tracker émis par Amundi Luxembourg s'échange sur Euronext Paris. Il s'agit en revanche d'un ETF synthétique; la réplication physique n'est pas possible, vu la taille du sous-jacent. Il offre l'avantage d'appliquer des frais de gestion d'à peine 0,2% l'an. Il en existe une variante facturant légèrement moins encore (19%): le Vanguard FTSE Japan, qui se négocie sur Euronext Amsterdam sous le ticker VJPN.