Pour supporter l'énorme volatilité des actions aurifères, il faut des nerfs d'acier. C'est pourquoi nous assortissons toujours d'un profil de risque C les actions des plus petits producteurs. C'est le cas de McEwen Mining. Au premier semestre 2016, l'action a brillé de mille feux. Son cours a quintuplé. Ces derniers mois cependant, son cours s'est tassé. D'abord en raison de la production décevante, au premier semestre, de ses deux actifs en production, la mine San José en Argentine (participation de 49% ; or et argent), et la mine d'or El...

Pour supporter l'énorme volatilité des actions aurifères, il faut des nerfs d'acier. C'est pourquoi nous assortissons toujours d'un profil de risque C les actions des plus petits producteurs. C'est le cas de McEwen Mining. Au premier semestre 2016, l'action a brillé de mille feux. Son cours a quintuplé. Ces derniers mois cependant, son cours s'est tassé. D'abord en raison de la production décevante, au premier semestre, de ses deux actifs en production, la mine San José en Argentine (participation de 49% ; or et argent), et la mine d'or El Gallo au Mexique. L'an dernier, El Gallo a produit 55.250 onces d'or, et San José 90.264 onces d'équivalents or, pour un total du groupe de 145.500 onces d'équivalents or. Cette année, on prévoit une production annuelle de 144.000 onces d'équivalents or, mais après six mois, le compteur n'en affiche encore que 62.317. Ce facteur, combiné à des coûts temporairement en hausse, s'est traduit au premier semestre par une perte nette de 4,7 millions de dollars, à comparer à un bénéfice net de 21,4 millions l'an dernier. Il y a également un ralentissement des projets d'extension en cours, Gold Bar au Nevada et la mine d'argent El Gallo au Mexique. On prévoit cependant une amélioration à court terme, car ce mois-ci, le groupe devrait recevoir l'approbation pour la construction de Gold Bar : un investissement de 60 millions USD suffira pour construire en un an une mine d'or qui pourra produire 65.000 onces d'or par an. Toujours ce mois-ci, une étude de faisabilité importante livrera ses résultats pour Los Azules, un gigantesque projet d'exploration dans le cuivre en Argentine. Elle devrait accroître la valeur du projet et augmenter ses chances d'une vente à un stade ultérieur. En outre, en fin d'année, nous connaîtrons la décision par rapport à la construction de la mine d'argent El Gallo. Du reste, le groupe procède à des acquisitions. Son directeur Rob McEwen ambitionne en effet d'intégrer McEwen au S&P 500. Récemment, l'entreprise a annoncé la reprise, pour 35 millions de dollars, du complexe de mines d'or Black-Fox à Timmins, au Canada (production annuelle de 50.000 à 60.000 onces d'or). Black-Fox a une capacité de traitement supplémentaire, et offre dès lors d'intéressantes synergies avec Lexam VG Gold, repris en début d'année, qui gère quatre actifs d'exploration avancés à Timmins. McEwen Mining n'a pas de dettes et sa production doublera d'ici 2019, à 300.000 onces d'équivalents or. Nous tirerions profit du recul sensible du cours pour racheter des actions, et confirmons donc notre conseil "digne d'achat" (1C).