Ces dernières années, TiGenix s'est complètement réorienté après l'échec et l'arrêt de la commercialisation de ChondroCelect, un médicament innovant destiné à la réparation des lésions des cartilages. Cette réorientation a été rendue possible par l'acquisition en 2011 du groupe espagnol Cellerix, avec le soutien de l'actionnaire espagnol Griffols (16,13%), et de plusieurs augmentations de capital qui ont décuplé le nombre d'actions en circulation depuis 2009, de 24 à 260 millions. Le produit le plus avancé provenant de Cellerix est Cx601, à base de tissus graisseurs d...

Ces dernières années, TiGenix s'est complètement réorienté après l'échec et l'arrêt de la commercialisation de ChondroCelect, un médicament innovant destiné à la réparation des lésions des cartilages. Cette réorientation a été rendue possible par l'acquisition en 2011 du groupe espagnol Cellerix, avec le soutien de l'actionnaire espagnol Griffols (16,13%), et de plusieurs augmentations de capital qui ont décuplé le nombre d'actions en circulation depuis 2009, de 24 à 260 millions. Le produit le plus avancé provenant de Cellerix est Cx601, à base de tissus graisseurs de cellules-souches contre les fistules péri-anales des patients affectés par la maladie de Crohn. Pour lui, TiGenix a déposé auprès de l'AEM une demande d'approbation en Europe, après une étude de phase III positive en mars 2016. La décision devrait tomber en octobre. L'été dernier, le groupe japonais Takeda Pharmaceuticals a acheté les droits de licence pour la commercialisation de Cx601 en dehors des États-Unis, en échange d'un paiement intermédiaire de 25 millions d'euros et jusqu'à 355 millions en cas de piliers régulatoires et commerciaux supplémentaires, dont 15 millions en cas d'approbation européenne. En outre, TiGenix recevra des royalties, peut-être à deux chiffres, sur la vente, et Takeda a souscrit en décembre à un placement privé de 10 millions d'euros (émission de 11,65 millions d'actions à 0,858 euro). À la même période, TiGenix finalisait une IPO sur le Nasdaq mais elle fut moins réussie (émission de 46 millions d'actions à 0,775 dollar au lieu des 55 millions d'actions escomptées). Fin décembre, TiGenix disposait de 78 millions d'euros de liquidités, de quoi tenir deux ans. En mars 2018, une obligation convertible vient à échéance à hauteur de 25 millions d'euros, à un prix de conversion de 0,8983 euro (10,7% de dilution éventuelle). En juin, une étude mondiale de phase III démarrera pour Cx601, qui doit former la base d'une demande d'approbation future auprès de la FDA aux États-Unis, probablement en 2019. Le potentiel de marché de Cx601 est estimé à une fourchette de 200 à 300 millions de dollars en Europe, et de 270 à 660 millions de dollars aux États-Unis. TiGenix se penche actuellement sur d'autres indications pour Cx601, et a encore deux autres candidats médicaments en pipeline : Cx611, contre la sepsis sévère, pour lequel une étude de phase Ib/IIa est en cours, et AlloCSC-01, contre les insuffisances cardiaques graves. L'action s'est redressée au semestre écoulé après le repli de fin 2016, qui résultait de l'IPO moins réussie sur le Nasdaq. Nous estimons très probable l'approbation de Cx601 en octobre, mais abaissons notre conseil, après la forte hausse de cours, à conserver (2C).