En ce début décembre, penchons-nous déjà sur l'année 2016 et son " trèfle à quatre feuilles " thématique. Au cours des prochaines semaines - en fonction de l'actualité financière -, nous aborderons ces différents thèmes sur cette même page, mais aussi les façons de miser sur ces piliers. La sélection de valeurs favorites, belges et internationales, sera presque exclusivement basée sur ces thèmes ; nous vous les présenterons sous peu.
...

En ce début décembre, penchons-nous déjà sur l'année 2016 et son " trèfle à quatre feuilles " thématique. Au cours des prochaines semaines - en fonction de l'actualité financière -, nous aborderons ces différents thèmes sur cette même page, mais aussi les façons de miser sur ces piliers. La sélection de valeurs favorites, belges et internationales, sera presque exclusivement basée sur ces thèmes ; nous vous les présenterons sous peu.Retour de l'agriculture : à notre avis, l'année prochaine sera marquée par un redressement du secteur agricole. Les perspectives de long terme demeurent inchangées ces dernières années. Entre 2011 et aujourd'hui, nous avons cependant assisté à l'importante érosion des prix des matières premières, conséquence des récoltes largement décevantes. Ces prix au plancher ont grignoté à leur tour les revenus des agriculteurs et différé leurs investissements. Le phénomène climatique El Nino pourrait du reste être le plus violent du siècle et donc, affecter également les récoltes. Cela devrait se traduire par une hausse de prix et offrir dès lors des opportunités dans ce secteur (lire également notre Flash).Retour des métaux précieux (or) : l'or est enfermé dans une spirale baissière depuis le printemps 2011. Les investisseurs étaient convaincus que les banquiers centraux régleraient tous les problèmes, mais nous pensons que cette confiance a atteint ses limites ; il est de plus en plus évident désormais que les problèmes de croissance ne sont pas résolus. Ce qui accroît le sentiment d'incertitude et la probabilité d'un " come-back " du métal jaune en 2016. Les mines aurifères pourraient alors se redresser dans la foulée, après le marché baissier le plus sensible (baisse moyenne de 83%) des cinquante dernières années au moins.Accent plus marqué sur les valeurs à dividende stable : le fait que les banques centrales doivent prendre des mesures supplémentaires pour relancer des économies stagnantes et contrer le risque d'inflation tend à démontrer que les taux courts et longs resteront encore un certain temps (très) faibles. Cela signifie que la quête de rendement demeurera. L'accent sur les actions à dividende stable aussi, par conséquent, c'est-à-dire celles dont la direction des entreprises tient (au moins) à maintenir le dividende.Accent temporaire sur les fusions et acquisitions : l'effet combiné d'un taux ultrafaible et d'une croissance (des bénéfices) en stagnation/recul rend l'achat de croissance externe par acquisition particulièrement intéressant. On ne saurait sous-estimer non plus l'effet entraînant d'autres transactions au sein du même secteur, comme ce fut le cas en début d'année dans les secteurs pharma et des télécoms, p. ex. Soulignons que ce thème pourrait bien ne pas être aussi porteur tout au long de l'année. Nous anticipons cependant une inflexion de tendance sur les Bourses (occidentales) courant 2016 et le cas échéant, la fièvre de fusions et acquisitions actuelle pourrait rapidement retomber.