L'action du constructeur de véhicules électriques a gagné 8% depuis le début le 1erjanvier, mais a connu une année 2015 très volatile. Les résultats trimestriels ont par exemple déclenché une réaction négative. Les prévisions de ventes pour cette année ont été revues à la baisse, alors que l'appréciation de l'USD pèse sur le résultat. En outre, une augmentation de capital s'avère indispensable pour réaliser les ambitions de croissance, et les actionnaires existants verront ainsi leur participation se diluer. Enfin, il y a toujours la valorisation extrêmement élevée. Certes, Tesla surfe à nouveau sur une vague d'optimisme boursier ces dernières semaines, mais nous estimons que ce rebond n'a aucune justification fondamentale.
...

L'action du constructeur de véhicules électriques a gagné 8% depuis le début le 1erjanvier, mais a connu une année 2015 très volatile. Les résultats trimestriels ont par exemple déclenché une réaction négative. Les prévisions de ventes pour cette année ont été revues à la baisse, alors que l'appréciation de l'USD pèse sur le résultat. En outre, une augmentation de capital s'avère indispensable pour réaliser les ambitions de croissance, et les actionnaires existants verront ainsi leur participation se diluer. Enfin, il y a toujours la valorisation extrêmement élevée. Certes, Tesla surfe à nouveau sur une vague d'optimisme boursier ces dernières semaines, mais nous estimons que ce rebond n'a aucune justification fondamentale.Deux modèles seulementAu terme de l'exercice, le chiffre d'affaires (CA) de Tesla s'établira à environ 5,4 milliards USD, en hausse de 50% par rapport à 2014. Pour l'an prochain, les analystes tablent en moyenne sur 1,8 milliard USD. Depuis la mise sur le marché du Model X, la gamme Tesla se compose pour la première fois de deux modèles. Le lancement du Model X a cependant été différé à plusieurs reprises et les objectifs de production ne seront pas réalisés. Un assemblage assez compliqué pose en effet des problèmes de livraison pour un certain nombre de pièces. Cette année, Tesla livrera entre 50.000 et 52.000 voitures à ses clients. Les prévisions précédentes faisaient état de 55.000 exemplaires. Il s'agit surtout du Model S, dont la production n'atteindra sa vitesse de croisière qu'au 1er trimestre de l'an prochain. Le lancement du Model X pèsera également sur les marges au cours des trimestres à venir. Tesla pense pouvoir produire 1600 à 1800 voitures par semaine l'an prochain, ce qui doit porter la production annuelle à entre 80.000 et 90.000 voitures. Le potentiel des autres activités du groupe (stockage d'électricité) ne se réalisera qu'à plus long terme.PertesEntre juillet et septembre, Tesla a enregistré une perte supérieure aux attentes de 0,58 USD par action, dont environ un quart était imputable à des évolutions de change négatives. Le marché européen reste de loin le plus important pour Tesla, mais le constructeur enregistre également une forte croissance en Europe et en Asie. L'exercice 2015 se soldera également par une perte. A la fin du 3e trimestre, Tesla avait 1,3 milliard USD de liquidités au bilan. Tant les cash-flows opérationnels que libres sont toujours négatifs, au 3e trimestre à concurrence de 203 millions USD et 596 millions USD respectivement. Les prévisions en matière de dépenses d'investissement ont de plus été relevées de 1,5 à 1,7 milliard USD. Tesla veut produire elle-même un certain nombre de pièces et devra accroître ses investissements dans sa Gigafactory (batteries). Pour les 5 prochaines années, les dépenses d'investissement sont estimées à au moins 10 milliards USD. Vu les cash-flows négatifs, Tesla devra se tourner vers le marché des capitaux. Actuellement, la valeur boursière de Tesla représente environ six fois le CA attendu.Plusieurs possibilitésIl est bien sûr possible de miser sur une baisse du cours de Tesla par le biais d'options, mais dans cette rubrique, nous nous intéressons aux possibilités des produits à effet de levier. BNP Paribas Markets et ING proposent des produits ayant Tesla comme valeur sous-jacente. Dans la gamme de BNP Paribas Markets, on trouve 5 turbos short avec des leviers compris entre 2 et 8,4. Le spread, ou l'écart entre le cours acheteur et le cours vendeur, varie entre 3 et 6 cents d'euro selon que les heures de négociations du Nasdaq et d'Euronext se chevauchent. En dehors des heures de négociations de Tesla sur la Bourse américaine, le spread des 4 sprinters short proposés par ING atteint même 30 cents d'euro. Cela rend ces produits assez peu attrayants, surtout lorsque les cours nominaux sont bas. Le spread ne dépasse cependant pas 5 cents d'euro quand Tesla est négociée sur le Nasdaq.Tesla turbo short (faible risque)Code ISIN: NL0011258835Devise: EURNiveau de financement: 353,23Cours de référence: 237,43Barrière désactivante: 318,1Levier: 2,06Cours: 10,88/10,91Ce turbo short de BNP Paribas Markets est le produit le plus défensif du lot : la barrière désactivante dépasse de 34% le cours de référence actuel. Tesla turbo short (risque moyen)Code ISIN: NL0011265103Devise: EURNiveau de financement: 309,14Cours de référence: 237,43Barrière désactivante: 278,4Levier: 3,34Cours: 6,75/6,78Concernant ce turbo short du même émetteur, l'écart entre la barrière désactivante et le cours actuel de Tesla retombe à 17%. Le niveau de la barrière désactivante a déjà été atteint en juillet. Ce produit n'est donc pas tout à fait dénué de risques. Tesla sprinter short (risque élevé)Code ISIN: NL0011475322Devise: EURNiveau de financement: 273,82Cours de référence: 235,19Barrière désactivante: 246Levier: 6,1Cours: 3,35/3,4Comme précisé plus haut, ce sprinter de l'émetteur ING se caractérise par un spread un peu plus élevé. Rien n'empêche cependant de réaliser des transactions avec d'autres contreparties privées entre le cours acheteur et le cours vendeur affichés par le teneur de marché. A condition, bien entendu, que la liquidité soit suffisante. Dans ce scénario, les risques augmentent avec un écart de moins de 4% entre la barrière désactivante et le cours de référence.