Cette question est pertinente, la Bourse américaine, et ses (grandes) valeurs technologiques en particulier, s'étant très souvent montrée plus performante que les indices européens, sur la décennie écoulée - ce que nous relevions dans notre avant-propos la semaine passée -, et nettement plus performante encore, en 2020. Le Nasdaq, le marché américain des valeurs technologiques, a en effet offert un rendement de quelque 35% supérieur à celui des indi...

Cette question est pertinente, la Bourse américaine, et ses (grandes) valeurs technologiques en particulier, s'étant très souvent montrée plus performante que les indices européens, sur la décennie écoulée - ce que nous relevions dans notre avant-propos la semaine passée -, et nettement plus performante encore, en 2020. Le Nasdaq, le marché américain des valeurs technologiques, a en effet offert un rendement de quelque 35% supérieur à celui des indices européens (sans tenir compte de la dépréciation du dollar vis-à-vis de l'euro), l'an dernier. Autrement dit: celui du portefeuille modèle aurait pu être (encore) meilleur, si nous y avions inclus davantage d'actions (techno) américaines en 2020. Il nous semble en revanche inopportun de privilégier Wall Street cette année. Certes, ce n'est pas la première fois que nous sommes de cet avis, et nous n'avons pas toujours eu raison. Mais nous n'affirmons pas que la Bourse américaine, et ses valeurs techno en particulier, va connaître une mauvaise année boursière. Au contraire: l'année devrait être bonne, voire très bonne, pour elle. Simplement, nous ne pensons pas que les actions américaines se montreront plus performantes que les européennes. Tout d'abord parce que si 2020 a été marquée par une très grave crise sanitaire, qui a conduit à des confinements et notamment, au télétravail et à la fermeture des cinémas, etc., des mesures qui ont favorisé les entreprises techno mais pénalisé les entreprises classiques, 2021 pourrait, elle, être l'année de la normalisation de l'économie et de la vie en général, et donc, être marquée par un net redressement des bénéfices des entreprises classiques. Les résultats des entreprises techno seront comparés à ceux d'une année 2020 exceptionnelle. Par ailleurs, les valeurs classiques, parmi lesquelles les actions européennes, affichent des performances qui n'ont plus rien à envier à celles des valeurs techno et plus généralement des actions américaines, depuis l'annonce de vaccins. En outre, l'on peut craindre que le dollar américain tende plutôt à s'affaiblir qu'à se renforcer, en 2021. Enfin, certaines actions européennes classiques tireront parti du pacte vert pour l'Europe (lire ici). Bien entendu, nous adapterons notre stratégie, si nécessaire.