Le dernier article que nous avons consacré à cette entreprise wallonne spécialisée dans la thérapie cellulaire et les solutions orthopédiques remonte effectivement à fin juillet ; son opération de financement (l'émission de 1,35 million d'actions nouvelles à 3,7 euros l'unité et l'émission, pour 3,5 millions d'euros, d'une obligation subordonnée à quatre ans assortie d'un coupon annuel de 8%) méritait que nous lui consacrions un papier. Depuis, l'ac...

Le dernier article que nous avons consacré à cette entreprise wallonne spécialisée dans la thérapie cellulaire et les solutions orthopédiques remonte effectivement à fin juillet ; son opération de financement (l'émission de 1,35 million d'actions nouvelles à 3,7 euros l'unité et l'émission, pour 3,5 millions d'euros, d'une obligation subordonnée à quatre ans assortie d'un coupon annuel de 8%) méritait que nous lui consacrions un papier. Depuis, l'actualité de cette biotech est plutôt pauvre : elle prépare ses prochaines études cliniques. Bone Therapeutics a de quoi financer ses activités jusqu'au 3e trimestre de 2020. Elle devra fort probablement procéder à une nouvelle levée de fonds au 1er semestre. La direction a maintenu à 12-13 millions d'euros ses prévisions de consommation de liquidités pour 2019. Son récent rapport sur le 3e trimestre nous a appris que Bone comptait toujours introduire deux demandes d'étude de fin de cycle clinique auprès des agences européennes des médicaments avant la fin de l'année. La première est une étude de phase IIb portant sur l'ALLOB, qui sera menée sur des patients souffrant de fractures de la jambe tardant à guérir. Lors de cet essai, Bone utilisera des cellules plus stables et de meilleure qualité que précédemment, puisqu'elle a optimisé son processus de production l'an dernier - et ainsi accru les chances de commercialiser le produit, mais cette adaptation a différé d'un an le démarrage de l'étude. L'objectif est de recruter les premiers patients au 1er semestre de 2020. La deuxième demande concerne une étude de phase III portant sur le viscosupplément JTA-004, indiqué dans le traitement de l'arthrose du genou. Le début du recrutement des patients est, ici, prévu au 1er trimestre prochain. Vu l'importante population de patients, Bone s'attend à un recrutement rapide et à clore l'étude à la mi-2021. Si, comme elle l'espère, Bone conduit l'année prochaine ces deux nouvelles études, son action ne pourra que mieux se porter. De 38 millions d'euros, sa capitalisation boursière actuelle témoigne des doutes du marché quant aux chances de succès de l'entreprise. Nous y voyons une opportunité d'achat (rating 1C) mais bien entendu, le risque est supérieur à la moyenne et il s'agira d'être patient.