Au premier semestre, le nickel fut le métal de base enregistrant la moins bonne performance : il a perdu près de 10%. En 2014, l'Indonésie avait imposé une interdiction sur l'exportation des minéraux non traités en vue d'encourager la transformation dans le pays, mais la mesure a eu d'importantes conséquences sur la disponibilité mondiale du minerai de nickel. Les lacunes en Indonésie ont été en grande partie compensées par les Philippines, qui ont repris le rôle de plus grand exportat...

Au premier semestre, le nickel fut le métal de base enregistrant la moins bonne performance : il a perdu près de 10%. En 2014, l'Indonésie avait imposé une interdiction sur l'exportation des minéraux non traités en vue d'encourager la transformation dans le pays, mais la mesure a eu d'importantes conséquences sur la disponibilité mondiale du minerai de nickel. Les lacunes en Indonésie ont été en grande partie compensées par les Philippines, qui ont repris le rôle de plus grand exportateur de minerai de nickel vers la Chine. Mais la ministre de l'environnement Regina Lopez a accusé plusieurs mines de pollution et de déboisement illégal, et les a menacées de fermeture forcée. La production philippine de nickel a reculé de 36% au premier trimestre, et les exportations vers la Chine ont baissé d'un cinquième. Cela dit, R. Lopez a été rabrouée début mai, et la production comme les exportations ont renoué avec la hausse. Parallèlement, l'interdiction d'exportation en Indonésie a été assouplie après trois ans. Les préoccupations entourant la disponibilité ont ainsi disparu. Le prix d'une tonne de nickel a reculé rapidement de plus de 12.000 dollars à la fin de l'an dernier à 8.700 dollars début juin.La baisse des prix du nickel devrait en théorie faire sortir du marché l'offre de nickel ayant le coût de production le plus élevé. L'International Nickel Study Group a estimé que la production minière a reculé entre 2014 et 2016 de 23% en raison d'une baisse de la production au Brésil et en Australie. Ce recul a été partiellement compensé par une augmentation de l'offre de minerai de nickel, meilleur marché que le nickel raffiné. Entre-temps, côté offre, la capacité de production à un coût inférieur a augmenté. Pour cette année, Goldman Sachs prévoit un excédent d'offre de 37.000 tonnes de nickel raffiné. En 2018, celui-ci devrait s'accroître à environ 100.000 tonnes. L'institution a abaissé sa prévision de prix pour les 12 prochains mois, de 11.000 à 9.000 dollars la tonne. Après la récente correction, le risque de baisse de prix est limité à court terme. Sous la limite de 9.000 dollars, le nickel a atterri dans une situation de survente, et le métal a pu récupérer ces dernières semaines une partie de la perte. On peut miser sur une hausse du prix du nickel par le biais du Daily Hedged Nickel ETC émis par ETF Securities (ticker ENIK, code ISIN JE00B6XL6W59). Ce tracker est libellé en euro et couvre le risque de change.