Nous souhaitons à nouveau attirer votre attention sur le champion suisse de la protection des cultures Syngenta (360 CHF; Bourse de Zurich, ticker : SYNN ou NYSE, ticker SYT; code ISIN : CH0011037469). L'action n'a jamais réellement quitté nos écrans radar, mais nous ne l'avions plus évoquée depuis l'offre (inattendue) sur Devgen - d'ailleurs une des plus importantes transactions de l'histoire du géant suisse de l'agriculture. Syngenta est née en 2000 de la décision des géants de l'industrie pharmaceutique Novartis et AstraZeneca de fusionner leurs activités dans l'agribusiness. Les Suisses ont l'habitude de choisir des slogans très à propos pour exprimer la problématique à laquelle est confrontée l'agriculture. Comme "we need to do more from less" ("nous devons faire plus avec moins"...

Nous souhaitons à nouveau attirer votre attention sur le champion suisse de la protection des cultures Syngenta (360 CHF; Bourse de Zurich, ticker : SYNN ou NYSE, ticker SYT; code ISIN : CH0011037469). L'action n'a jamais réellement quitté nos écrans radar, mais nous ne l'avions plus évoquée depuis l'offre (inattendue) sur Devgen - d'ailleurs une des plus importantes transactions de l'histoire du géant suisse de l'agriculture. Syngenta est née en 2000 de la décision des géants de l'industrie pharmaceutique Novartis et AstraZeneca de fusionner leurs activités dans l'agribusiness. Les Suisses ont l'habitude de choisir des slogans très à propos pour exprimer la problématique à laquelle est confrontée l'agriculture. Comme "we need to do more from less" ("nous devons faire plus avec moins") ou, peut-être encore un peu plus explicite : "more food from less land" ("plus de nourriture à partir de moins de terre"). Désormais, le défi est bien connu. Aujourd'hui, ils ont adopté le slogan "bringing Plant Potential to Life" ("donner vie au potentiel des cultures"). Sur le plan international, Syngenta est considérée comme le concurrent de Monsanto, les Américains étant les leaders du marché des semences. Pourtant, Syngenta est le numéro un mondial dans la protection des cultures (CA de 2,3 milliards USD au 3e trimestre 2013, 79% du CA du groupe), avec une multitude d'herbicides (produits de protection des cultures contre les mauvaises herbes), de fongicides (produits contre les maladies causées par les moisissures et champignons) et d'insecticides, sélectifs ou non. Syngenta est très performante en Amérique du Sud, considérée comme la région la plus prometteuse en ce qui concerne l'agriculture, et notamment au Brésil et en Argentine. Elle y a enregistré une croissance de 11% au 3e trimestre (et même 17% hors impact des cours de change), soit un excellent début de la saison des récoltes. Le rythme de ces cinq dernières années (+16% en moyenne) est ainsi maintenu. En Asie et en Océanie, la croissance est également robuste, mais plus modérée (2% au 3e trimestre, +9% hors pertes de change et +10% en moyenne pour les 5 dernières années). Syngenta est numéro un ou deux mondial dans la plupart des cultures, avec des produits en forte croissance comme Durivo (ventes +70% au Brésil et x3 aux Etats-Unis), Seguris (triplement des ventes), Vibrance (approbation aux Etats-Unis pour 30 cultures différentes) et Elatus. Ces nouveaux produits, qui ont tous été lancés ces cinq dernières années et dont les ventes ne dépassaient pas 20 millions USD en 2009, atteignent un CA d'environ 400 millions USD sur les neuf premiers mois de l'année. Dans les semences, les activités de l'entreprise se concentrent avant tout sur le maïs et le soja. Syngenta a connu un vif succès avec ses semences de maïs "triple stacked" (combinaison de maïs génétiquement modifié avec résistance intégrée contre deux herbicides importants) ces dernières années. Au cours de la décennie écoulée, Syngenta a ainsi enregistré une croissance moyenne du CA de 15% par an dans les semences. Le directeur (CEO) Michael Mack a déjà confirmé à plusieurs reprises son ambition d'un CA annuel de 20 milliards USD dans la protection des cultures et les semences à l'horizon 2013 (13,4 milliards en 2012). Avec un bénéfice attendu de 21 USD (20 CHF) par action pour cette année et de 24,5 USD (22,8 CHF) pour l'an prochain, l'action se négocie désormais à 18 et 16 fois le bénéfice de cette année et de l'an prochain. Le ratio valeur d'entreprise (ev)/cash-flow opérationnel (ebitda) pour 2014 s'établit à 11. La valorisation est donc supérieure à la moyenne, mais le groupe offre des perspectives très engageantes à plus long terme. Guère performante l'an dernier, l'action est redevenue un investissement attrayant. Nous relevons l'avis à "digne d'achat" (1B) et l'intégrons dans notre Sélection. Elle accède également au rang de "première réserve" pour le thème Agriculture dans le portefeuille modèle.