Le groupe canadien Silver Wheaton (SLW) occupe une place particulière dans le segment des entreprises de streaming. Ces entreprises concluent des contrats portant sur l'achat (d'une partie) de la future production d'une mine donnée. SLW verse une somme convenue à la conclusion du deal, puis procède à un second versement au début des livraisons. Au départ, l'entreprise se concentrait surtout sur l'argent, mais la part de l'or dans les revenus totaux du groupe atteint déjà 37%, et va continuer à augmenter pour culminer à 43% en 2019. L'argent et l'or achetés sont généralement extraits à titre de produits secondaires de mines de métaux de base. SLW affiche 22contrats d'ac...

Le groupe canadien Silver Wheaton (SLW) occupe une place particulière dans le segment des entreprises de streaming. Ces entreprises concluent des contrats portant sur l'achat (d'une partie) de la future production d'une mine donnée. SLW verse une somme convenue à la conclusion du deal, puis procède à un second versement au début des livraisons. Au départ, l'entreprise se concentrait surtout sur l'argent, mais la part de l'or dans les revenus totaux du groupe atteint déjà 37%, et va continuer à augmenter pour culminer à 43% en 2019. L'argent et l'or achetés sont généralement extraits à titre de produits secondaires de mines de métaux de base. SLW affiche 22contrats d'achat en cours et a investi dans 7autres projets en développement. Parmi ces principaux partenaires, citons notamment Goldcorp, Barrick, Lundin Mining, Primero Mining, Glencore et Vale. Sur le plan opérationnel, 2015 a été une année record grâce à plusieurs nouveaux gros contrats de streaming. Sur l'ensemble de l'exercice, SLW a produit 45,7millions d'onces d'équivalent argent (30,7millions d'onces d'argent et 228.800onces d'or), 35% de plus que l'année précédente. La quantité vendue, avec 41,6millions d'onces, a progressé de plus d'un quart par rapport à l'année précédente. Cependant, la hausse du chiffre d'affaires (CA) n'a pas dépassé 5% en raison de la baisse des cours de l'or et de l'argent. Le bénéfice net ajusté, 210,4millions USD, est en recul de 22% par rapport à l'année précédente. La production s'établira à 54millions d'onces d'équivalent argent cette année, et les prévisions font état d'une moyenne de 52millions d'onces pour les cinq prochaines années. Entre-temps, le litige fiscal qui l'oppose à l'État canadien fait planer une ombre au-dessus de SLW. Le groupe a recours à des filiales étrangères, ce qui lui permet de faire imposer ses bénéfices au niveau local. Mais les autorités fiscales canadiennes ne sont pas d'accord. L'impôt dû s'établirait à 201millions CAD. SLW a fait appel, mais est légalement obligé de virer la moitié du montant dû (191,7millions CAD). Heureusement, une garantie bancaire suffit. Un arrangement à l'amiable devrait suivre. Dans le pire des cas, SLW devra renoncer à ses filiales étrangères. Le groupe distribue un cinquième des cash-flows opérationnels des quatre trimestres écoulés. Lesdits cash-flows opérationnels sont restés à peu près inchangés sur une base annuelle, à 431,4 millions USD durant l'exercice 2015. Il en a résulté un dividende trimestriel de 5centimes de dollar par action. En septembre, SLW a également reçu l'autorisation de racheter jusqu'à 5% des actions en circulation; jusqu'à présent, il pouvait déjà racheter 0,7% des actions en circulation. SLW a clôturé l'exercice avec 103millions USD en caisse. Une ligne de crédit de laquelle le groupe peut puiser jusqu'à 1,47milliard USD a récemment été prolongée jusqu'en février 2021. ConclusionEn raison de leur modèle économique et des risques opérationnels réduits, les entreprises de streaming comme Silver Wheaton se négocient moyennant une prime, mais le groupe (1,6fois la valeur comptable) présente encore un fort potentiel haussier. Le litige fiscal qui n'a toujours pas été tranché constitue certes un facteur à prendre en compte. Mais nous fixons une limite d'achat pour une première position dans le portefeuille modèle.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B