C'est enfoncer une porte ouverte que d'affirmer que la rentabilité des banques est sous pression, en particulier dans les activités bancaires classiques où elles gagnent de l'argent sur l'écart de taux entre les fonds prêtés et les dépôts. Actuellement, l'excédent de dépôt doit souvent être placé à un "taux sanction" (taux négatif sur les dépôts) auprès des banques centrales. C'est notamment le cas en Europe et au Japon. Simultanément, les taux que peuvent facturer les banques sur les nouveaux crédits sont très bas en raison du niveau plancher des taux à long terme. En fonction de leurs modèles opérationnels, la plupart des banques ont naturellement d'autres sources de revenus. Pensons aux activités dans les assurances ou à l'investment banking. Mais en tout cas, pour ce qui concerne le modèle bancaire classique, leur sort est lié au bon vouloir des banques centrales.
...