C'est précisément au moment où les inquiétudes relatives à de vieilles affaires de corruption semblaient se dissiper que le refus d'un arrangement à l'amiable entre SBM Offshore, Petrobras et les autorités brésiliennes par la cinquième chambre du ministère public brésilien a provoqué une chute de plus de 10% de l'action du prestataire de services pétroliers néerlandais. Après plus d'un an de négociations, l'arrangement à l'amiable était intervenu le 15juillet, pour un coût de 273millions USD (30millions USD de plus que le montant prévu jusqu'à présent par SBM). SBM avait déjà conclu un arrangement avec le ministère public néerlandais et l'US Department of Justice fin 2014, pour 240millions USD. Les conséquences du refus du tribunal brésilien sont encore difficiles à évaluer, mais nous estimons qu'un nouvel accord _ peut-être plus coûteux _ sera trouvé plus tard. L'important est que SBM puisse à nouveau participer à des appels d'offres pour de nouveaux contrats au Brésil. L'entreprise néerlandaise fai...

C'est précisément au moment où les inquiétudes relatives à de vieilles affaires de corruption semblaient se dissiper que le refus d'un arrangement à l'amiable entre SBM Offshore, Petrobras et les autorités brésiliennes par la cinquième chambre du ministère public brésilien a provoqué une chute de plus de 10% de l'action du prestataire de services pétroliers néerlandais. Après plus d'un an de négociations, l'arrangement à l'amiable était intervenu le 15juillet, pour un coût de 273millions USD (30millions USD de plus que le montant prévu jusqu'à présent par SBM). SBM avait déjà conclu un arrangement avec le ministère public néerlandais et l'US Department of Justice fin 2014, pour 240millions USD. Les conséquences du refus du tribunal brésilien sont encore difficiles à évaluer, mais nous estimons qu'un nouvel accord _ peut-être plus coûteux _ sera trouvé plus tard. L'important est que SBM puisse à nouveau participer à des appels d'offres pour de nouveaux contrats au Brésil. L'entreprise néerlandaise fait partie de ce qui se fait de mieux au monde sur le marché du Floating Production Storage and Offloading (FPSO). Ses pétroliers sont reconvertis pour stocker du gaz et du pétrole provenant de plateformes de production fixes ou flottantes qui ne disposent elles-mêmes d'aucune capacité de stockage. En raison des énormes économies mises en oeuvre dans le secteur, il n'y a guère de nouveaux projets, et le chiffre d'affaires de ce segment a baissé de 67% à 338millions USD au 1ersemestre. Heureusement, il y a encore l'activité de leasing de systèmes de production et de stockage propres, qui travaille traditionnellement avec des contrats de location à long terme (en moyenne 13,4ans le 30juin). Au 1ersemestre, la flotte s'est étendue à douze FPSO après la mise en service de deux nouveaux FPSO (un troisième suivra au 3etrimestre), ce qui a donné lieu à une hausse du chiffre d'affaires dans ce segment de 11% à 600millions USD. Au niveau du groupe, le bénéfice sous-jacent est retombé de 164millions USD à 66millions USD (-60%). Mais les cash-flows libres étaient à nouveau positifs pour la première fois depuis longtemps. Résultat: un dividende brut de 0,21USD (0,1874EUR) par action a été versé en mai après quatre ans d'interruption, et un programme de rachat d'actions propres de 150millions EUR (5,7% de la capitalisation de marché actuelle) a été lancé en août. Un point important reste la position d'endettement élevée de 3,08milliards EUR (3,15milliards EUR fin 2015). En l'absence de nouvelles missions, le carnet de commandes s'est contracté de 18,9milliards USD à 18milliards USD au 1ersemestre. SBM affiche une valorisation acceptable à 1,1fois la valeur comptable, 14fois le bénéfice attendu en 2016 et un rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) 2016 de 12. L'action reste digne d'achat. Elle affiche surtout des opportunités à moyen terme, mais le risque est supérieur à la moyenne (1C). Trouvez-vous judicieux d'investir aujourd'hui dans SPDR Gold Shares? La taxe sur la spéculation s'applique-t-elle sur ce produit ? SPDR Gold Shares est un ETF (Exchange-Traded Fund) ou tracker coté sur le New York Stock Exchange (NYSE; ticker: GLD). Ce produit a été lancé le 18novembre 2004 et reflète l'évolution du cours de l'or en dollar américain. GLD est depuis devenu le plus gros tracker sur l'or au monde, avec un actif investi de 40milliards USD. La taxe sur la spéculation ne concerne pas les ETF. Par conséquent, elle ne peut s'appliquer en cas de vente (partielle) moins de six mois après l'achat. Notre préférence va toujours à l'achat d'or physique qui élimine le risque de contrepartie, mais puisque le cahier des charges du portefeuille modèle nous empêche d'y investir, nous avons préféré opter pour un investissement dans GLD. Une autre possibilité (actif investi de 4milliards EUR), en EUR, est Gold Bullion Securities, un ETF côté sur Euronext Paris (ticker: GBS). Le cours de l'or a déjà progressé de 25% en USD et de 22,4% en EUR cette année. Après une forte hausse fin juin à la suite des incertitudes suscitées par les résultats du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni, le cours de l'or s'est lentement replié ces deux derniers mois sous l'effet de l'augmentation de la probabilité d'un redressement des taux en septembre aux États-Unis. Les indicateurs médiocres sur le marché de l'emploi de vendredi dernier ont cependant rebattu les cartes, et tous les actifs liés alors ont immédiatement rebondi. Ce phénomène s'est déjà produit à plusieurs reprises et a chaque fois amorcé une nouvelle phase de hausse. Nous restons positifs quant à l'évolution du cours de l'or, vu la détérioration de la confiance des investisseurs dans la volonté réelle des banques centrales et surtout des leaders politiques de déplacer structurellement le curseur des dettes et la généralisation des taux d'intérêt négatifs sans perspective de retournement de tendance. Des corrections temporaires comme celle de l'été dernier peuvent être utilisées pour prendre une première position ou étendre une position existante (1B).