Non que cette urbanisation soit récente ; en réalité, cette tendance s'est amorcée il y a de nombreuses années. Ce qui est récent en revanche, c'est que la croissance des villes et de la population urbaine n'avait jamais été aussi rapide et massive. Chaque année, 65 millions de personnes de plus vivent en ville, ce qui signifie que chaque jour, 180.000 personnes quittent la campagne pour aller vivre en ville, soit six fois la population de la Belgique. En 1800, à peine 3% de la population mondiale vivait en ville, ce qui représentait un quart de la population...

Non que cette urbanisation soit récente ; en réalité, cette tendance s'est amorcée il y a de nombreuses années. Ce qui est récent en revanche, c'est que la croissance des villes et de la population urbaine n'avait jamais été aussi rapide et massive. Chaque année, 65 millions de personnes de plus vivent en ville, ce qui signifie que chaque jour, 180.000 personnes quittent la campagne pour aller vivre en ville, soit six fois la population de la Belgique. En 1800, à peine 3% de la population mondiale vivait en ville, ce qui représentait un quart de la population mondiale en 1950 et 45% en 2010. Autrement dit, dans quelques années (au cours de la période comprise entre 2016 et 2018), la moitié de la population mondiale vivra en ville. A l'horizon 2030, cinq milliards de personnes vivront en ville (60% du total) et d'ici à 2050, 6,3 des 9 milliards d'habitants du monde (70%) seront citadins.En Europe et en Amérique du Nord, la plupart vivent déjà en ville. En Europe, la proportion de citadins atteint déjà environ 70%. L'Amérique du Nord est le continent le plus urbanisé du monde, avec 82% des habitants en ville. A l'époque de la Révolution industrielle, les populations ont massivement migré vers les villes à la recherche d'un emploi. L'agriculture employait de moins en moins d'ouvriers en raison de l'essor des machines agricoles, alors qu'en ville, les usines avaient besoin de main-d'oeuvre. La deuxième vague d'urbanisation que nous connaissons depuis plusieurs décennies se joue à présent dans les pays émergents.Entre 2000 et 2030, en Asie, le nombre de citadins passera de 1,4 à 2,6 milliards. L'Afrique s'urbanise à un rythme plus rapide encore : de 300 à 750 millions en l'espace de trente ans. Cette croissance exponentielle donnera évidemment lieu à la création d'un nombre de plus en plus important de mégapoles et de métropoles. Aujourd'hui, on en dénombre déjà cinq, qui abritent plus de 25 millions d'habitants : Tokyo, Guangzhou, Jakarta, Séoul et Shanghai. Mais ce chiffre peut encore augmenter (largement). Certains démographes prévoient que d'ici à 2040, plus de 50 millions de personnes vivront dans la ville indienne de Mumbai (autrefois Bombay). Les mégapoles sont synonymes de méga-défis, tant en matière d'infrastructure que d'approvisionnement en eau, de sécurité, etc., mais aussi de nourriture. La combinaison d'un revenu en hausse et du phénomène d'urbanisation (d'ici à 2025, les 735 millions de personnes qui vivent dans les 600 plus grandes villes du monde gagneront plus de 32.000 USD par an) donne lieu à une augmentation de la consommation de viande et donc un plus grand besoin de production de céréales. La productivité agricole doit dès lors s'intensifier. C'est pourquoi le géant des moyens de protection des cultures Syngenta est, selon nous, une valeur sûre à long terme.