Le Néerlandais Ben van Beurden n'a pas perdu de temps après le premier avertissement sur bénéfices en dix ans. Le nouveau CEO de Royal Dutch Shell (ou Koninklijke Olie) s'est fixé des objectifs clairs après une très mauvaise année 2013. Tout d'abord, améliorer l'efficacité opérationnelle du groupe. On estime que 30% des activités sont déficitaires actuellement, et c'est inacceptable. Le groupe entend également gérer plus efficacement ses capitaux. Les dépenses d'investissement n'ont jamais été aussi élevées l'an dernier : 45 milliards USD. L'époque des mégaprojets à l'issue incertaine est révolue. Plusieurs investissements prévus ont déjà été supprimés et d'autres ont été reportés pour une durée indéterminée. En outre, Shell veut céder pour au moins 15 mil...