La récente catastrophe environnementale au Brésil ne pouvait pas intervenir à un pire moment pour Vale et BHP Billiton, deux autres géants des matières premières qui, avec Rio Tinto, forment un trio dominant sur le marché des minerais de fer. Les deux entreprises sont partenaires dans la joint-venture Samarco Mineraçao, tenue pour responsable de la rupture d'un barrage. La coulée d'eaux usées toxiques qui en a résulté a ravagé un village et finalement atteint la côte. Les dommages liés à la pollution sont estimés à au moins 5 milliards USD. La catastrophe environnementale s'ajoute à l'impact de la forte baisse des prix du minerai de fer et au recul général des cours des métaux de base. Dans ce contexte, Rio Tinto nous semble pouvoir faire office d'alternative pour l'investisseur bon père de famille. Rio Tinto est le deuxièm...

La récente catastrophe environnementale au Brésil ne pouvait pas intervenir à un pire moment pour Vale et BHP Billiton, deux autres géants des matières premières qui, avec Rio Tinto, forment un trio dominant sur le marché des minerais de fer. Les deux entreprises sont partenaires dans la joint-venture Samarco Mineraçao, tenue pour responsable de la rupture d'un barrage. La coulée d'eaux usées toxiques qui en a résulté a ravagé un village et finalement atteint la côte. Les dommages liés à la pollution sont estimés à au moins 5 milliards USD. La catastrophe environnementale s'ajoute à l'impact de la forte baisse des prix du minerai de fer et au recul général des cours des métaux de base. Dans ce contexte, Rio Tinto nous semble pouvoir faire office d'alternative pour l'investisseur bon père de famille. Rio Tinto est le deuxième groupe minier au monde. Cette année, le minerai de fer a pris à son compte environ trois quarts du bénéfice opérationnel (EBIT). En outre, l'entreprise est également active notamment dans le cuivre, la bauxite, le charbon et le diamant, qui apporte la partie restante du bénéfice. La baisse des cours du minerai de fer semble se poursuivre. La semaine dernière, le prix d'une tonne de minerai qui sert de base à la production d'acier est retombé sous la barre des 40 USD pour la première fois depuis 2009. Le minerai de fer a déjà perdu un tiers de sa valeur cette année et s'échange 70% sous son sommet de 2011. En cause : les difficultés persistantes de l'industrie sidérurgique. La Chine, qui prend à son compte plus de la moitié de la production mondiale d'acier, verra sa production diminuer de 3% cette année par rapport à l'an dernier. Pour 2016, on table même sur une nouvelle baisse de 5%. Entretemps, les réserves de minerai de fer continuent à grossir en Chine, ce qui pèse sur les importations. Des producteurs d'acier en difficulté financières vendent même une partie de leurs réserves de minerai de fer, ce qui accroît encore la suroffre. Cependant, la production de minerai de fer recule encore chaque année. Pour cette année, Rio Tinto table sur 340 millions de tonnes. La stratégie du trio de grands producteurs précité consiste à exploiter leurs avantages d'échelle pour réduire les coûts de production et évincer ainsi les plus petits producteurs du marché. La dépréciation du dollar australien (AUD), la baisse du cours du pétrole et l'automatisation accrue des processus de production (notamment avec des camions sans chauffeur) ont ramené le coût de production sous les 20 USD. En dépit de la forte baisse des cours, les activités dans le minerai de fer sont donc toujours rentables. C'est également le cas chez BHP et Vale. A court terme, une poursuite de la baisse des cours du minerai de fer ne peut être exclue. Rio a encore réduit ses prévisions en matière de dépenses d'investissement à 5 milliards USD pour la période 2015-2016. Les prévisions initiales faisaient état de 9 milliards USD et Rio avait encore investi 17 milliards USD en 2012. Le groupe considère enfin la rémunération des actionnaires comme une priorité. Au cours actuel, la distribution de dividende de 4,1 milliards USD correspond à un rendement brut d'environ 8% ! Un tel rendement est possible parce que Rio est en meilleure position financière que ses concurrents, avec une dette nette de moins de deux fois le cash-flow opérationnel (EBITDA), contre trois fois pour Vale et BHP. L'action s'échange moyennant un rapport valeur d'entreprise (EV)/EBITDA attendu 2016 de près de 6, la valorisation la plus basse depuis 2008. ConclusionD'un point de vue opérationnel, Rio Tinto n'est pas nécessairement un meilleur choix que Vale ou BHP, mais dans les circonstances actuelles, c'est manifestement un choix plus sûr. Son bilan solide et son rendement de dividende très élevé (8% brut) lui procurent une longueur d'avance. L'action est également intéressante en termes absolus, à 1,2 fois la valeur comptable. Au niveau de cours actuel, nous y voyons dès lors à la fois un investissement porteur d'opportunités pour ceux qui ont un horizon d'investissement suffisamment long et un substitut à Vale.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B