Resilux est un producteur de bouteilles et préformes PET de Flandre-Orientale qui talonne les leaders européens du secteur. Jusqu'il y a peu, outre ses activités traditionnelles, le groupe participait à la joint-venture AirOLux, qui commercialisait la technologie AirOPack, permettant de remplir des récipients en PET de liquides, poudres, gaz et produits de viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels...) avec de l'air comprimé et sans gaz propulseur. Mais la collaboration a dégénéré en une guerre des aérosols contre la famille néerlandaise Kelders. Depuis l'acquisition, à l'automne 2017, du suisse Signode Industrial Group, connu sous l'enseigne Poly Recycling et spécialisé dans le recyclage de PET, un nouveau pôle de croissa...

Resilux est un producteur de bouteilles et préformes PET de Flandre-Orientale qui talonne les leaders européens du secteur. Jusqu'il y a peu, outre ses activités traditionnelles, le groupe participait à la joint-venture AirOLux, qui commercialisait la technologie AirOPack, permettant de remplir des récipients en PET de liquides, poudres, gaz et produits de viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels...) avec de l'air comprimé et sans gaz propulseur. Mais la collaboration a dégénéré en une guerre des aérosols contre la famille néerlandaise Kelders. Depuis l'acquisition, à l'automne 2017, du suisse Signode Industrial Group, connu sous l'enseigne Poly Recycling et spécialisé dans le recyclage de PET, un nouveau pôle de croissance est venu s'ajouter. Le PET est une matière facile à recycler et dans plusieurs pays européens, il est collecté efficacement - ce qui n'est pas encore le cas en Europe du Sud, centrale et de l'Est.Resilux a investi quelque 25 millions d'euros - une somme énorme à l'échelle du groupe - dans la nouvelle usine de recyclage sur son site de production ultra-moderne de Bilten, en Suisse. L'année a aussi été marquée par la construction d'une usine de préformés PET en Roumanie. Les débuts de ces deux projets ont été compliqués, ce qui a grevé le cash-flow opérationnel (Ebitda) de 1,2 million d'euros au premier semestre, à 22 millions d'euros, contre un record de 23 millions d'euros au premier semestre de 2018, soit un recul de 4,3% entre janvier et juin. Des dépréciations supplémentaires ont amputé le bénéfice opérationnel (Ebit) de 1,8 million d'euros (-11,8%), à 12,9 millions d'euros. Le résultat net a même reculé de 21,5%, à 7,8 millions d'euros, en raison d'une imposition plus lourde.Sur le plan des résultats, 2019 a été une année de transition. Mais les investissements consentis en Suisse et en Roumanie, qui ont plombé le résultat, porteront leurs fruits en 2020. Nous anticipons une augmentation sensible de l'occupation des capacités de l'usine de Bilten, qui aura une influence positive sur les résultats. Les chiffres pourraient dès lors surprendre positivement l'an prochain. Par ailleurs, nous attendons plusieurs nouvelles initiatives innovantes autour du recyclage, mais aussi de produits affichant une valeur ajoutée supérieure, les produits "barrière" (température supérieure, alternatives au tetrapak, etc.). Ce n'est pas la première fois que Resilux figure parmi nos favoris: la valeur avait d'ailleurs déjà une place dans la liste de 2019. Toutefois, malgré un début de deuxième semestre sur les chapeaux de roue, les résultats de la période n'ont pas pu compenser les chiffres en demi-teinte du premier semestre. En soi pourtant, la performance est loin d'être mauvaise. L'entreprise de la famille De Cuyper devrait offrir une bonne surprise en 2020, quelle que soit l'évolution du conflit commercial qui oppose la Chine aux Etats-Unis. Nous estimons qu'à compter de 2020, le groupe pourra enregistrer une croissance soutenue et régulière grâce à son nouveau pôle de développement, le recyclage. Les énormes montants investis témoignent de ses ambitions et de son optimisme pour les années à venir. A 12,5 fois le bénéfice escompté pour 2020 et avec un rapport valeur d'entreprise/Ebitda 2020 de 7,5, l'action est sous-valorisée. Selon nous, la juste valeur s'établit plutôt à 170 euros par action. Le marché ne reconnaît donc pas encore le potentiel de croissance de l'action. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 140,00 eurosTicker: RES BBCode ISIN: BE0003707214Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 283 millions EURC/B 2018: 17C/B attendu 2019: 17,5Perf. cours sur 12 mois: +16%Rendement du dividende: 2,1%