La hausse de Wall Street, qu'avait encore accélérée l'élection de Donald Trump, en novembre 2016, semble toucher à sa fin. Les récentes dégringolades suggèrent même que la correction sera plus rapide que prévu. Il n'est en tout cas pas trop tôt pour chercher à investir autrement qu'en actions.
...

La hausse de Wall Street, qu'avait encore accélérée l'élection de Donald Trump, en novembre 2016, semble toucher à sa fin. Les récentes dégringolades suggèrent même que la correction sera plus rapide que prévu. Il n'est en tout cas pas trop tôt pour chercher à investir autrement qu'en actions.Si liquidités et obligations constituent traditionnellement des solutions de rechange logiques, elles ne suffiront sans doute pas à compenser la chute escomptée des actions, car les cours des obligations sont eux aussi historiquement élevés. Il nous paraît donc préférable d'opter pour des actifs généralement peu performants en cas de hausse boursière, mais porteurs lorsque les marchés s'essoufflent.L'or en est un parfait exemple. A la fin des années 1970, son cours concluait plusieurs années folles à un sommet situé à 800 dollars l'once, alors que l'indice Dow Jones plongeait à 800 points, soit un rapport de 1 sur 1. C'est alors que s'est amorcée la baisse de l'or. A la fin du siècle dernier, le métal jaune plafonnait à 250 dollars, cependant que le Dow Jones franchissait la barre des 11.500 points - soit un rapport de 46. S'en est suivie pour les marchés d'actions une décennie difficile, caractérisée par une crise à la fois des dot.com et des banques. L'or, lui, voyait sa valeur multipliée par sept, à 1.900 dollars - notre rapport chutait donc à 7. Depuis le début de l'actuelle décennie, ce sont les actions qui dominent l'Amérique financière, grâce notamment à une politique d'assouplissement monétaire qui a lourdement pesé sur le métal jaune. Le ratio entre le Dow Jones (26.500 points) et le cours de l'or (1.200 dollars) s'établit aujourd'hui à 22. L'autre élément qui suggère un inversement de tendance, assorti de perspectives de rendement favorables pour l'or à moyen et long terme, est le rapport entre le cours de l'or et celui de l'argent. L'argent a toujours pâti davantage encore des tendances baissières que le métal jaune; à l'inverse, il est plus performant quand les marchés se portent bien. A la mi-septembre, le ratio or/argent s'établissait à 85, son plus haut niveau en vingt ans. Il est rare que ce rapport dépasse 80 (début 2009 et fin 2015, pour ce qui concerne la dernière décennie). En 2011, lorsque le cours de l'or était au plus haut, le ratio or/argent n'était plus que de 32.Les investissements dans les mines d'or exercent tout aussi traditionnellement un effet de levier, qui se confirme dans les deux sens. Ainsi le rapport entre le cours de l'or et l'indice des mines d'or (HUI) ne dépassait-il pas 3 en 2011, mais culminait-il à 10 en 2000 et à la fin de l'année 2015. Il s'établit aujourd'hui à 8.Considérez l'or et les mines d'or comme porteurs d'opportunités pour 2019 et bien au-delà. Le portefeuille modèle va progressivement étoffer sa position en liquidités, dont il utilisera une partie pour investir dans l'or et les mines lorsque la formation du plancher sera confirmée.