MP Evans (MP) se porte extrêmement bien. Après avoir progressé des décennies durant, il est passé à la vitesse supérieure en 2016, après la tentative de rachat par KLK, d'abord à 640 pence par action, puis à 740 pence (prime de 77%), ce qui le valorisait à 13.300 dollars par hectare (ha) planté. MP a réussi à éviter le rachat. Il a, depuis, fait passer son dividende de 8,75 pence brut en 2015 à 15 en 2016, 17,5 en 2017-2019 et 22,5 en 2020. Au vu des ...

MP Evans (MP) se porte extrêmement bien. Après avoir progressé des décennies durant, il est passé à la vitesse supérieure en 2016, après la tentative de rachat par KLK, d'abord à 640 pence par action, puis à 740 pence (prime de 77%), ce qui le valorisait à 13.300 dollars par hectare (ha) planté. MP a réussi à éviter le rachat. Il a, depuis, fait passer son dividende de 8,75 pence brut en 2015 à 15 en 2016, 17,5 en 2017-2019 et 22,5 en 2020. Au vu des résultats 2021, le dividende a été porté à 35 pence, soit un rendement brut de 3,6% (cours actuel: 970 pence). Le dividende de base ne diminue jamais, contrairement à celui de SIPEF, qui varie en fonction des bénéfices. En 2021, MP a versé 5 pence brut de plus, après s'être défait, pour 24 millions de dollars, de Bertam Estate, propriétaire de 70 ha de terrains en Malaisie. Par ailleurs, après avoir longtemps tourné autour de 1.100 pence par action, sa valeur intrinsèque atteint aujourd'hui 1.265 pence - une référence, pour le cas où KLK repasserait à l'attaque; cela fait plusieurs années que celui-ci renforce sa position, laquelle est passée de 13,05% en 2018 à 23,3% en mars 2021.L'accélération de la dynamique chez MP, combinée au risque de reprise depuis le début de 2017, a fait bondir l'action de 53,6%, contre 12,1% pour celle de SIPEF. Au profit de qui la balance penche toutefois depuis 12 mois (+42,9%, contre +30,6%). Avec une production d'huile de palme qui devrait croître de 50%, à 600.000 tonnes environ, d'ici 2030, et un profil d'âge de ses superficies similaire à celui de MP (une dizaine d'années à peine), le profil de croissance de SIPEF est au moins aussi intéressant. Compte tenu des superficies dont il était propriétaire fin 2021 (71.328 ha), SIPEF affiche une valeur de 11.000 dollars environ par ha planté, soit 30% de moins que MP (37.491 ha). Sa production, considérable (plus d'un tiers du chiffre consolidé), en Papouasie-Nouvelle-Guinée, échappe à la forte hausse des taxes et droits d'exportation indonésiens. D'après les ratios cours/bénéfice escomptés pour 2022, SIPEF est sous-valorisé à concurrence de 16%. Les deux groupes sont parfaitement gérés. Les positions dans MP peuvent être conservées (rating 2B), mais SIPEF (rating 1B) nous semble présenter davantage de potentiel.