Avec 6,47 millions de véhicules écoulés entre janvier et septembre 2021, Volkswagen (VW), dont le siège est situé à Wolfsburg, en Allemagne, est un des principaux constructeurs automobiles de la planète et de loin le plus grand d'Europe. Inégalé, son portefeuille de marques est adapté à tous les budgets; l'on y trouve Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Porsche, Bentley pour les voitures et Scania, MAN et Navistar pour les camions, soit un total d'environ 300 modèles. Reste que l'ambition, formulée par Martin Winterkorn, le CEO de l'époque, d'être non seulement le plus grand, mais aussi le plus apprécié et le plus fascinant des constructeurs automobiles du monde, avait trébuché sur le scandale du Dieselgate, dont le groupe a mis plusieurs années à se relever. Pendant ce temps, Tesla Motors devenait ...

Avec 6,47 millions de véhicules écoulés entre janvier et septembre 2021, Volkswagen (VW), dont le siège est situé à Wolfsburg, en Allemagne, est un des principaux constructeurs automobiles de la planète et de loin le plus grand d'Europe. Inégalé, son portefeuille de marques est adapté à tous les budgets; l'on y trouve Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Porsche, Bentley pour les voitures et Scania, MAN et Navistar pour les camions, soit un total d'environ 300 modèles. Reste que l'ambition, formulée par Martin Winterkorn, le CEO de l'époque, d'être non seulement le plus grand, mais aussi le plus apprécié et le plus fascinant des constructeurs automobiles du monde, avait trébuché sur le scandale du Dieselgate, dont le groupe a mis plusieurs années à se relever. Pendant ce temps, Tesla Motors devenait une véritable icône au sein du secteur et raflait l'essentiel des parts du marché de la voiture électrique. Volkswagen a recommencé à faire parler de lui en 2021, en annonçant son intention de ravir d'ici à 2025 à Tesla Motors sa place de premier producteur et vendeur de voitures électriques de la planète. La part de l'électrique par rapport au nombre total de voitures vendues n'avait pas dépassé 2,1% au premier trimestre; elle a atteint 6,2% au troisième, et oscillera entre 5% et 6% pour l'intégralité de l'exercice, soit une hausse de 100% par rapport à 2020. Elle devrait atteindre 11% en 2023, 20% en 2025, 25% en 2026 (3,5 millions de véhicules) et 50% en 2030. D'après le programme d'investissement 2022-2026, exposé début décembre, le groupe déboursera 159 milliards d'euros à cet effet. Il souffle dans ce contexte depuis toute une année déjà le chaud et le froid au sujet d'une possible entrée en Bourse de sa filiale Porsche. Si la marque de luxe ne représente que 3% environ du nombre de véhicules vendus, elle a assuré, au cours des trois premiers trimestres de 2021, 24% du bénéfice opérationnel (Ebit) du groupe. La valorisation de Ferrari (qui fait l'objet d'une cotation séparée) et de l'incontournable Tesla Motors laisse rêveur; les analystes annoncent pour Porsche un chiffre de 75 à 100 milliards d'euros, soit une fourchette dont le niveau médian est de plus de 75% plus élevé que la valorisation boursière de l'intégralité du groupe VW. Les rumeurs vont donc bon train, mais rien n'a jamais été officiellement annoncé. Les ventes s'étaient considérablement redressées en début d'exercice, une performance dont il ne restait toutefois déjà plus rien au troisième trimestre. Le manque de composants, surtout, empêche VW d'honorer ses commandes, et les chiffres s'effondrent à nouveau. Si le nombre de véhicules écoulés a augmenté de 6,9% en neuf mois, il a chuté de 24,4% en glissement annuel entre juillet et septembre. Tout cela n'a pas empêché le chiffre d'affaires d'atteindre 186,6 milliards d'euros (+20%; 155,5 milliards entre janvier et septembre 2020), et donc de renouer avec son niveau de 2019. L'Ebit a bondi de 2,3 à 14,2 milliards d'euros - les résultats décevants du troisième trimestre ne lui ont pas permis d'égaler les 14,8 milliards atteints au cours de la même période en 2019. La direction mise toujours sur une marge d'Ebit de 6% à 7,5% pour l'intégralité de l'exercice. Volkswagen est un groupe parfaitement équilibré, doté d'un excellent portefeuille de marques et qui n'hésite pas à défier Tesla Motors dans le segment de l'électrique. A 6,5 fois le bénéfice escompté pour 2022 et 0,55 fois la valeur comptable, l'action est extrêmement bon marché, d'autant que VW recèle énormément de valeur cachée, à commencer évidemment par Porsche, véritable machine à bénéfices. Nous recommandons donc d'acheter. Le plus grand constructeur automobile d'Europe pourrait bien intégrer le portefeuille modèle au cours des mois qui viennent. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 181,36 eurosTicker: VOW3 GYCode ISIN: DE0007664039Marché: FrancfortCapit. boursière: 118,98 milliards EURC/B 2021: 5C/B attendu 2022: 6,5Perf. cours sur 12 mois: +16%Rendement du dividende: 2,7%