Ces dernières semaines n'ont fait que renforcer notre conviction que le marché de l'or et des mines aurifères, qui dévisse depuis près de cinq ans, va bientôt changer de cap. La tendance baissière amorcée après le sommet du printemps 2011 a ramené le métal précieux plus de 45% plus bas, non loin de 1050USD l'once.
...

Ces dernières semaines n'ont fait que renforcer notre conviction que le marché de l'or et des mines aurifères, qui dévisse depuis près de cinq ans, va bientôt changer de cap. La tendance baissière amorcée après le sommet du printemps 2011 a ramené le métal précieux plus de 45% plus bas, non loin de 1050USD l'once.Observons cependant les récentes évolutions de la demande d'or au titre d'investissement. Le plus important investissement " papier " en or du monde est le tracker sur l'or SPDR Gold Shares (ticker GLD). Le vendredi 19 février, celui-ci a même connu le plus grand afflux de capitaux depuis mai 2010, en l'occurrence une hausse de 1,6%. Les meilleurs jours en 2011, le volume quotidien était supérieur à 22millions de parts, pour revenir, en décembre dernier, à 2 à 3 millions de parts. La moyenne des trois derniers mois est entre-temps remontée à près de 7,5millions, et le jeudi 11février, elle atteignait un record de 49millions de parts.Il est trop tôt encore pour évoquer l'amorce officielle d'un marché haussier du métal jaune. À partir du niveau de clôture le plus bas de décembre, jusqu'au sommet provisoire du 11février, la hausse ressort à 18,6%, ce qui est tout juste inférieur à la hausse de 20% exigée par la définition. En intraday (achat et vente le même jour) cependant, la progression ressort à 20,5%. Dans l'absolu, les mines d'or sont déjà entrées dans un marché haussier " classique ", vu la hausse de plus de 50% en l'espace d'un mois depuis le plancher de janvier du Market Vectors Goldminers (ticker GDX), le tracker sur mines aurifères le plus connu. Une hausse qui se remarque à peine sur le graphique à cinq ans, ce qui illustre une fois de plus l'ampleur du marché baissier des mines aurifères qui a précédé (-83% du sommet au plancher).Notre conseil pour ce début 2016 ? Rééquilibrez votre portefeuille au cours des prochains mois, en réduisant la proportion d'actions et en renforçant l'exposition à l'or. Nous prévoyons en effet une forte hausse du métal jaune par rapport aux marchés boursiers occidentaux au cours des douze prochains mois, voire des prochaines années. Les indicateurs techniques des marchés boursiers ont continué de se détériorer ces derniers mois, alors que ceux de l'or et des mines aurifères se sont sensiblement améliorés. En termes relatifs, l'or est à nouveau très bon marché face aux actions (américaines). En 1980, le cours de l'or par once et l'indice Dow Jones se situaient tous deux à 800 (1 sur 1 donc). En 2000, le rapport était passé de 1 à 40. Mais en 2011, il était à nouveau de 1 pour 5. Et actuellement il affiche 1 pour 16. L'investisseur particulier optera de préférence pour un investissement direct dans l'or physique ou les pièces d'or. Après avoir renforcé la position dans les mines aurifères via Market Vectors Gold Miners (ticker GLD) et dans la société de royalties et de streaming Franco-Nevada (ticker FNV ; un renforcement de la position est toujours possible), nous commençons à étoffer progressivement la position dans le tracker sur l'or le plus connu, SPDR Gold Shares. Il ne serait que logique en effet que dans le courant des prochains mois et semaines le cours de l'or recule (légèrement), vu son passage en force en début d'année. On peut envisager aussi le tracker aurifère européen réputé Gold Bullion Securities (ticker GBS), coté à Londres et Paris.