A quelque 30 euros, l'action Koninklijke Philips se négocie en effet aujourd'hui non loin de son plus bas niveau des cinq dernières années, alors qu'elle avait atteint en avril dernier son plus haut (50,98 euros) depuis l'an 2000. Au cours de la décennie écoulée, le géant de l'électronique a mené de main de maître sa transformation en une société de technologie médicale. Pour ce faire, il a notamment introduit en Bourse, en 2016, sa division Eclairage, Philips Lighting, rebaptisée deux ans plus tard Signify...

A quelque 30 euros, l'action Koninklijke Philips se négocie en effet aujourd'hui non loin de son plus bas niveau des cinq dernières années, alors qu'elle avait atteint en avril dernier son plus haut (50,98 euros) depuis l'an 2000. Au cours de la décennie écoulée, le géant de l'électronique a mené de main de maître sa transformation en une société de technologie médicale. Pour ce faire, il a notamment introduit en Bourse, en 2016, sa division Eclairage, Philips Lighting, rebaptisée deux ans plus tard Signify. La dernière étape importante de sa restructuration a eu lieu au début de cette année: la vente de la division électroménager (Domestic Appliances; chiffre d'affaires annuel: 2,2 milliards), pour 3,7 milliards d'euros, dettes comprises. Le groupe a clos l'exercice 2020 sur un chiffre d'affaires (CA) de 19,5 milliards, en hausse de 3% à périmètre comparable par rapport à 2019. Avec un CA de 6,95 milliards d'euros, les Etats-Unis étaient son débouché principal, suivis par l'Europe occidentale (4,6 milliards) et les marchés émergents (6,1 milliards). Philips s'articule autour de quatre divisions: Diagnostic et traitement (8,2 milliards d'euros, ou 41,9% du CA consolidé), Connected Care (5,56 milliards, 28,5%), Santé personnelle (5,4 milliards, 27,7%) et Activités diverses (perception de royalties, surtout; 389 millions, 2%). Le segment Sommeil et soins respiratoires de la division Connected Care a bénéficié de l'énorme demande de ventilateurs mécaniques depuis l'éclatement de la pandémie. Mais le 14 juin 2021, Philips a rappelé plusieurs millions de ses appareils de traitement de l'apnée du sommeil et ventilateurs mécaniques aux Etats-Unis, après avoir déterminé que la mousse anti-bruit, à base de silicone, qu'ils contiennent pouvait être nocive pour les patients. Pour couronner le tout, l'agence américaine des médicaments (FDA) a indiqué, mi-novembre, après avoir mené une inspection dans une usine de Philips Respironics, avoir identifié un risque potentiel pour la sécurité dans un composant de remplacement des ventilateurs rappelés. Divers tests doivent encore être effectués. La réputation du groupe est entachée, et des recours collectifs à son encontre ont été lancés. Il est trop tôt pour évaluer les dommages; Philips a déjà constitué une provision de 500 millions d'euros. Ce qui est certain, c'est que chaque nouvelle information sur cette affaire affectera l'action, au cours des mois, voire années, qui viennent. Non, nous ne profiterions pas de la récente correction pour acheter le titre. A conserver (rating 2B).