Le Brexit voté, en juin 2016, la livre sterling (GBP) a pris une raclée dont, deux ans et demi plus tard, elle n'est toujours pas remise. Elle évolue, depuis, en dents de scie, au gré des sentiments entourant l'accord final.
...

Le Brexit voté, en juin 2016, la livre sterling (GBP) a pris une raclée dont, deux ans et demi plus tard, elle n'est toujours pas remise. Elle évolue, depuis, en dents de scie, au gré des sentiments entourant l'accord final.Deux mois avant l'échéance du 29 mars, une seule chose est acquise: tout reste possible. Un report est envisageable, même si les élections européennes en compliqueraient le scénario. L'organisation d'un nouveau référendum n'est pas davantage exclue. Mais la perspective d'un Brexit dur (sortie sans accord), non plus.Juste avant le vote, la devise avait pris de la hauteur, pour la reperdre aussitôt. Elle était toutefois remontée après le rejet de l'accord - contre toute logique apparemment, puisqu'un Brexit dur précipiterait quasi à coup sûr l'économie britannique dans une récession. Mais comme les marchés financiers jugent que le scénario d'un report est actuellement le plus plausible, la GBP bénéficie pour l'heure d'un peu de répit.La livre ne peut sans doute pas compter sur le soutien de la Bank of England. Pour une majorité de spécialistes des devises, l'on n'assistera pas à plus d'un relèvement de taux en 2019. La GBP étant toutefois massivement shortée, un redressement est envisageable.Les plus grands émetteurs de produits à levier proposent le GBP/USD et l'EUR/GBP comme sous-jacents. Qui table sur un redressement de la GBP doit donc acheter, dans le premier cas, un turbo long et, dans le second, un turbo short. Le spread est cependant plus important dans le rapport EUR/GBP. Dans le cas de produits ayant la paire GBP/USD comme sous-jacent, c'est chez BNP Paribas Markets que le spread est le plus faible (0,01 euro). Quoi qu'il en soit, la volatilité de la GBP restera, à brève échéance, élevée.Le marché boursier britannique est une autre manière de miser indirectement sur un redressement de la livre. L'on peut opter pour des produits à levier ayant le FTSE 100 (100 principaux titres du London Stock Exchange) en sous-jacent, ou pour un tracker sur actions britanniques. Le Vanguard FTSE 100 ETF (ticker: VUKE, code ISIN: IE00B810Q511), qui se négocie sur le LSE, est très peu onéreux (0,09% de frais par an); avec plus de 300.000 titres échangés par jour, il est aussi très liquide. L'iShares FTSE 250 ETF émis par BlackRock s'échange sur le LSE lui aussi (ticker: MIDD, code ISIN: IE00B00FV128).