Premier producteur privé de charbon au monde, Peabody Energy n'a pas échappé au terrible malaise qui s'est emparé du secteur ces dernières années. Fin 2015, la position nette d'endettement s'élevait à plus de 6milliards de dollars, ce qui, associé à des cash-flows négatifs et à une ligne de crédit complètement épuisée de 1,65milliard de dollars, a imposé un énorme rééchelonnement de la dette. Trop tard cependant, et pour échapper à ses créanciers, l'entreprise a été forcée de placer ses activités américaines ...

Premier producteur privé de charbon au monde, Peabody Energy n'a pas échappé au terrible malaise qui s'est emparé du secteur ces dernières années. Fin 2015, la position nette d'endettement s'élevait à plus de 6milliards de dollars, ce qui, associé à des cash-flows négatifs et à une ligne de crédit complètement épuisée de 1,65milliard de dollars, a imposé un énorme rééchelonnement de la dette. Trop tard cependant, et pour échapper à ses créanciers, l'entreprise a été forcée de placer ses activités américaines sous la protection du fameux Chapitre11 le 13avril. Ceci ne concernait cependant pas ses opérations en Australie. Ses concurrents Walter Energy, Alpha Natural Resources et Arch Coal avaient déjà subi le même sort. Walter Energy a entretemps fait faillite, alors qu'Alpha Natural Resources et Arch Coal ont pu rebondir ces derniers mois, toutefois sans valeur résiduelle (significative) pour les anciens actionnaires. L'action de Peabody, qui a encore fait l'objet d'un regroupement en octobre 2015 (rapport d'échange: 15actions anciennes contre une action nouvelle), est cotée depuis avril sur le marché "over-the-counter" (OTC, marché où les titres s'échangent de gré à gré; ticker: BTUUQ). Au cours actuel (10,31dollars), la capitalisation de marché ne dépasse pas 190millions de dollars, contre encore 17,3milliards de dollars fins 2010. Pourtant, le cours de l'action a été multiplié par six depuis la mi-octobre. D'une part, le marché a retrouvé quelque espoir dans le fait que Peabody soit parvenue à repousser plusieurs échéances cruciales dans le processus de restructuration, le principal accord judiciaire sur le plan de refinancement étant à présent prévu pour le 31janvier 2017. D'autre part, le prix spot du charbon métallurgique (utilisé pour la production d'acier) a récemment doublé à plus de 200dollars la tonne. Il en a résulté un énorme short squeeze, les spéculateurs qui anticipaient une poursuite de la baisse de l'action ayant inversé massivement leurs positions et provoqué ainsi une forte hausse du cours. S'il est positif, le rebond des prix spot est en grande partie non structurel, car surtout causé par des réductions temporaires de production en Inde et en Chine. Nous profiterions de ce rebond pour vendre les positions existantes. Les chances de survie de Peabody ont certes augmenté, mais avec une capitalisation boursière de 190millions de dollars (cours de 10,31dollars) pour plus de 10,1milliards de dollars de dettes brutes, c'est dans le meilleur des cas une énorme dilution qui attend les actionnaires existants (3C).