Nous avons déjà épinglé le problème du diabète. Cette affection se caractérise par une hyperglycémie récurrente. Les problèmes les plus fréquents associés au diabète sont la production insuffisante ou nulle d'insuline (type 1) et les dysfonctionnements liés aux récepteurs d'insuline (type 2). Le diabète de type 2 survient surtout à un plus grand âge et dans 80 à 85% des cas, le patient souffre également d'un surpoids (alimentation plus sucrée et plus grasse, sédentarité). Le diabète est toutefois de plus en plus répandu et accroît les risques d'infarctus, d'hémorragie cérébrale, d'insuffisance r...

Nous avons déjà épinglé le problème du diabète. Cette affection se caractérise par une hyperglycémie récurrente. Les problèmes les plus fréquents associés au diabète sont la production insuffisante ou nulle d'insuline (type 1) et les dysfonctionnements liés aux récepteurs d'insuline (type 2). Le diabète de type 2 survient surtout à un plus grand âge et dans 80 à 85% des cas, le patient souffre également d'un surpoids (alimentation plus sucrée et plus grasse, sédentarité). Le diabète est toutefois de plus en plus répandu et accroît les risques d'infarctus, d'hémorragie cérébrale, d'insuffisance rénale et d'amputation. Selon l'International Diabetes Organisation, le nombre de diabétiques peut être estimé à 371 millions, soit près de 6% de la population mondiale, contre 177 millions en 2000. Autrement dit, le nombre de cas a augmenté de 110% en l'espace de 12 ans. La moitié des diabétiques ne sont pas conscients d'être affectés.L'organisation internationale du diabète estime que ce chiffre atteindra 552 millions en 2030, soit un triplement en 30 ans. Mais le marché de croissance par excellence du diabète est la Chine. Pour l'heure, seule 3% de la population en souffre (40 millions de Chinois) mais ce chiffre pourrait doubler à 80 millions à l'horizon 2025 (croissance annuelle à deux chiffres). Dans la mesure où le diabète est diagnostiqué plus tard en Chine et n'y est pas traité de manière adéquate, certains professeurs émérites et instituts prévoient une pandémie de diabète et évoquent le chiffre de 114 millions de cas.Numéro un danoisIndépendamment de ces scénarios dramatiques, il ne fait aucun doute que le marché du diabète est un marché de croissance pour les prochaines années et décennies. Ce marché signe du reste une croissance plus rapide que le secteur pharma moyen. Entre 2006 et 2012, la croissance annuelle moyenne est ressortie à 9%, Standard&Poor's précisant même qu'il a représenté l'an dernier 34 milliards USD. Le marché du diabète devrait connaître une expansion, selon l'agence, d'au moins 10% par an, à 58 milliards en 2018. Outre l'augmentation sensible du nombre de cas dans les pays émergents comme la Chine, la croissance sera également soutenue par une pose de diagnostic plus précoce et le lancement de plusieurs nouvelles thérapies.Or le premier acteur du marché est toujours le groupe danoisNovo Nordisk, qui a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 10 milliards USD dans ce segment. La deuxième place revient à Sanofi (7,4 milliards USD), grâce principalement à son médicament Lantus. Quatre autres acteurs se partagent le marché et enregistrent un chiffre d'affaires annuel de plus d'un milliard USD : Merck, Eli Lilly, Takeda et Abbott Laboratories. Nous nous concentrons surtout sur Eli Lilly, dont le cours est actuellement sous pression en raison des doutes concernant les prévisions 2014, mais qui pourrait lancer en 2015 un médicament innovant. Cette semaine toutefois, notre rubrique Flash est consacrée au numéro un danois, Novo Nordisk.