Au troisième trimestre, le bénéfice de Royal Dutch Shell (ci-après Shell) a augmenté sensiblement, comme le groupe s'y attendait. Les rétributions aux actionnaires, de même que le remboursement de la dette, sont assurés pendant un temps. Mais le recul du cours du pétrole, notamment, a entraîné un net repli du cours de l'action Shell, à plus de 10% sous le niveau atteint à la mi-octobre, et même 15% plus bas qu'à la fin juin 2017.
...

Au troisième trimestre, le bénéfice de Royal Dutch Shell (ci-après Shell) a augmenté sensiblement, comme le groupe s'y attendait. Les rétributions aux actionnaires, de même que le remboursement de la dette, sont assurés pendant un temps. Mais le recul du cours du pétrole, notamment, a entraîné un net repli du cours de l'action Shell, à plus de 10% sous le niveau atteint à la mi-octobre, et même 15% plus bas qu'à la fin juin 2017. Le cours de Shell se situe à nouveau non loin du soutien à long terme de 25 euros. Les détenteurs de l'action apprécient le rendement du dividende, de 6% aujourd'hui. Le moment nous semble idéal pour émettre un put, voire acheter un call. L'on optera de préférence pour une échéance de quatre mois tout au plus, car le redressement du cours que nous attendons pourrait être de courte durée.Il y a peu de temps, nous avions émis le call décembre 2018 au prix d'exercice de 28 euros, et avions perçu un euro. Aujourd'hui, le contrat vaut 0,20 euro. Le 21 décembre, il aura probablement perdu toute sa valeur. Dans ce cas, nous empocherions la prime. Nous avons été moins chanceux avec le put (émis) décembre 2018 au prix d'exercice de 30 euros, pour lequel nous avons perçu 2,59 euros. Nous disposons d'un peu moins d'un mois pour entreprendre une action si le cours ne remontait pas. A ceux qui n'ont pas souscrit ce contrat, une nouvelle opportunité se présente.Royal Dutch Shell mars 2019,au prix d'ex. de 28 EUR,à 2,22 EURDans le cas présent, tant que le cours évolue autour du niveau actuel, tout va bien. S'il ne recule pas sous 25,78 dollars (28 - 2,22), nous n'accuserons pas de perte. Si c'était le cas, nous achèterions les titres à 28 euros et envisagerions d'émettre des calls. Nous y reviendrons en temps utile.Royal Dutch Shell mars 2019,au prix d'ex. de 27 EUR, à 1,00 EURLa stratégie est, ici, totalement différente: en achetant ce call, dont le prix d'exercice est proche du cours de Shell, nous escomptons une hausse de ce dernier. Dès qu'il se hissera au-delà de 27 euros, nous jouirons d'une plus-value. Il suffit donc d'une hausse de cours de 3,5%. Rien ne presse: nous espérons voir le cours de Shell se redresser d'autant (au moins) avant le 15 mars 2019, l'échéance de ce call.