L'action Tesla est une perle pour les investisseurs en options car son cours fluctue parfois dans d'importantes proportions. C'est d'ailleurs le cas ces derniers jours. Jusqu'ici, son CEO, Elon Musk, est parvenu à combler chaque creux mais nous doutons qu'il y parvienne toujours. C'est la raison pour laquelle nous nous rangeons du côté des émetteurs. Pour le put émis, le temps presse. Ceu...

L'action Tesla est une perle pour les investisseurs en options car son cours fluctue parfois dans d'importantes proportions. C'est d'ailleurs le cas ces derniers jours. Jusqu'ici, son CEO, Elon Musk, est parvenu à combler chaque creux mais nous doutons qu'il y parvienne toujours. C'est la raison pour laquelle nous nous rangeons du côté des émetteurs. Pour le put émis, le temps presse. Ceux qui ne souhaitent pas que leur put soit exercé feraient bien de clôturer la position. Le call émis a bien évolué. Actez vos bénéfices, ils sont suffisants.L'évolution de l'action K+S nous a surpris. Encore à 56 euros fin 2010, elle affiche actuellement un plus-bas historique autour de 16 euros. Nous pensions - à tort - que le cours intégrait déjà nombre de mauvaises nouvelles. D'ici à l'an prochain, le groupe prévoit cependant une nette amélioration de son résultat. Pour le put émis, tout n'est pas perdu. Le call acheté est pour sa part arrivé à échéance.Le soutien à 80 euros du cours de l'action GBL a cédé. Les joyaux du groupe, Adidas et Umicore, ont hélas également été affectés par des prises de bénéfice. Le call acheté a perdu la moitié de sa valeur. Nous sommes sceptiques mais attendons encore. La valeur du put émis a, elle, progressé. Nous pourrions être sollicités. Le cas échéant, nous pourrions émettre des options d'achatsur les actions.Pour une société comme Total, un baril de pétrole cher est une bénédiction. Mais si le cours de l'or noir recule, le cours de l'action Total suit la même orientation. La compagnie réalise cependant déjà un bénéfice lorsque le baril s'échange à 35 dollars. Aujourd'hui, il faut débourser 54 dollars pour un baril. Le put évolue dès lors bien et peut être conservé.Les produits Coca-Cola n'ont plus la cote. James Quincey, le nouveau directeur du groupe, oeuvre au renouvellement de la gamme et à la réduction des coûts. Nous misons résolument à la hausse. Dans cette optique, nous rachetons le call émis.