Au début de ce mois, le prix de la livre de sucre était retombé à son plus bas niveau en sept ans. On trouve de nombreuses similitudes entre le sucre et le café, surtout du côté de l'offre où le Brésil joue un rôle déterminant dans les deux cas. La faiblesse du real brésilien (BRL) pèse également sur les cours du sucre. Les producteurs ont continué à vendre malgré la baisse des prix en dollar parce qu'ils profitent de l'appréciation de l'USD vis-à-vis du BRL. Mais de nombreuses coopératives éprouvent aujourd'hui des difficultés à garder la tête hors de l'eau, et doivent en partie leur survie à la vente de stocks et à des subventions. Des problèmes financiers ont entraîné la disparition de 20% des installations de transformation du sucre brut en sucre raffiné ces dernières années. Avec 13,5 millions de tonnes depuis le début de l'année de commercialisation, la production brésilienne de sucre raffiné est en forte baisse par rapport à l'an dernier (15,1 millions de tonnes). Ce recul s'explique en partie par une réduction de la production, mais aussi par l'augmentation de la quantité de sucre transformée en éthanol (biocarburant), dont la production est passée de 11,86 à 12,17 milliards de l...

Au début de ce mois, le prix de la livre de sucre était retombé à son plus bas niveau en sept ans. On trouve de nombreuses similitudes entre le sucre et le café, surtout du côté de l'offre où le Brésil joue un rôle déterminant dans les deux cas. La faiblesse du real brésilien (BRL) pèse également sur les cours du sucre. Les producteurs ont continué à vendre malgré la baisse des prix en dollar parce qu'ils profitent de l'appréciation de l'USD vis-à-vis du BRL. Mais de nombreuses coopératives éprouvent aujourd'hui des difficultés à garder la tête hors de l'eau, et doivent en partie leur survie à la vente de stocks et à des subventions. Des problèmes financiers ont entraîné la disparition de 20% des installations de transformation du sucre brut en sucre raffiné ces dernières années. Avec 13,5 millions de tonnes depuis le début de l'année de commercialisation, la production brésilienne de sucre raffiné est en forte baisse par rapport à l'an dernier (15,1 millions de tonnes). Ce recul s'explique en partie par une réduction de la production, mais aussi par l'augmentation de la quantité de sucre transformée en éthanol (biocarburant), dont la production est passée de 11,86 à 12,17 milliards de litres. L'éthanol est actuellement plus lucratif que le sucre, dont le cours est inférieur au coût moyen de production. Pareille situation ne peut pas se prolonger indéfiniment. Après quatre années de récoltes marquées par une suroffre, l'International Sugar Organisation prévoit un déficit pour 2016. Par ailleurs, les nombreuses positions short sur les marchés à terme font office de contre-indicateur. La fin de la baisse du BRL vis-à-vis de l'USD pourrait également déclencher une hausse des cours. Et ce scénario ne peut être exclu, puisque le BRL se trouve à son plus bas niveau depuis 2002. Tout comme dans le cas du café, le phénomène météorologique El Niño constitue un joker pour les investisseurs en sucre.Il est notamment possible de miser sur une hausse du cours du sucre par le biais de ces trois trackers : iPath Bloomberg Sugar ETNTicker: SGGBourse: NYSE ArcaCode ISIN: US06739H2141Emission: juin 2008Performance depuis le 1/1/2015: -31,5%Rendement sur 12 mois: -45%Rendement sur 3 ans: -65,6%Volume journalier moyen: 52000Actifs sous gestion: 45,9 millions USDFrais annuels de gestion: 0,75%Ce tracker appartient à la famille de produits iPath de l'émetteur Barclays. Il est coté depuis 7 ans sur le NYSE (ticker : SGG). La valeur sous-jacente est l'iPath Bloomberg Sugar Total Return Index qui reflète l'évolution du prix d'un contrat à terme de référence sur le sucre. Actuellement, c'est le contrat qui vient à échéance en octobre. Une fois que celui-ci arrivera à son terme, les positions seront reportées sur le contrat mars 2016, puis celui de mai 2016, juillet 2007, etc. La courbe des prix des contrats à terme est assez raide, ce qui signifie que les écarts de prix entre les différents futures sont relativement importants. En principe, une telle situation pèse sur le rendement lors du roulement des positions, parce qu'elle ne permet pas d'acheter autant de nouveaux contrats avec le produit de ceux arrivés à échéance. Cela se reflète également dans l'indice sous-jacent. Le sucre se trouve en situation de contango, le prix du contrat mars 2016 dépassant par exemple de 1,1 USD la livre celui d'octobre 2015. Le contrat à terme octobre 2016 s'échange même 1,55 USD plus cher que le contrat de référence actuel. Les frais annuels sont fixés à 0,75%. Teucrium Sugar FundTicker: CANEBourse: NYSE ArcaEmission: septembre 2011Performance depuis le 01/01/2015: -31,4%Rendement sur 12 mois: -41,8%Rendement sur 3 ans: -56,3%Volume journalier moyen: 5000Actifs sous gestion: 3,6 millions USDFrais annuels de gestion: 1,76%Ce tracker commercialisé par le plus petit émetteur Teucrium Funds est coté depuis près de quatre ans sur le NYSE (ticker : CANE). L'investissement est ici étalé sur différents contrats à terme afin de compenser l'impact préjudiciable de la situation de contango. Dans la pratique, 35% de l'actif est investi dans des contrats à terme mars 2016 (SBH6), 35% dans celui de mai 2016 (SBK6) et 30% dans celui de mars 2017 (SBH7). En théorie, cette structure devrait donner lieu à un rendement plus élevé, mais ce n'est pas le cas dans la pratique. Une comparaison entre les rendements d'un tracker sophistiqué comme le CANE et un tracker plus simple comme le SGG montre peu de différences à court terme. Le CANE ne prend réellement l'avantage que sur une période de plusieurs années. Cela peut s'expliquer en partie par les frais plus élevés liés à un investissement dans différents contrats à terme. Les frais de gestion annuels (1,76%) sont d'ailleurs nettement plus élevés que dans le cas précédent. Pure Beta Sugar ETNTicker: SGARBourse: NYSE ArcaCode ISIN: US06740P1637 Emission: avril 2011Performance depuis le 1/1/2015: -32,2%Rendement sur 12 mois: -43,6%Rendement sur 3 ans: -60,3%Volume journalier moyen: 1800Actifs sous gestion: 1,3 million USDFrais annuels de gestion: 0,75%Comme le SGG, ce tracker est émis par Barclays, mais il a été mis sur le marché quelques années plus tard (ticker : SGAR). L'indice sous-jacent est le Barclays Capital Sugar Pure Beta. La méthodologie est similaire à celle du CANE, à savoir une répartition sur plusieurs contrats à terme. L'avantage du SGAR est cependant que les frais annuels sont du niveau du SGG, et donc nettement plus bas que dans le cas du CANE. Mais ici non plus, l'étalement n'entraîne pas de surcroît de rendement significatif.A l'analyse de la liquidité et des actifs sous gestion, nous remarquons que le tracker le plus simple est également le plus populaire. Cela peut s'expliquer par le fait que nombreux sont ceux qui investissent dans le sucre pour le (très) court terme, et qu'une optimisation des contrats à terme n'a donc aucun intérêt à leurs yeux. Ceux qui ont l'intention de conserver le tracker plus longtemps peuvent cependant opter pour le SGAR, dont les frais de gestion ne sont pas supérieurs à ceux du SGG.