Outre les détenteurs d'obligations, les investisseurs en métaux précieux sont pour l'instant les principales victimes des élections présidentielles américaines. La veille de l'événement, les journalistes prévoyaient que l'or atteindrait au moins 1400USD l'once en cas de victoire de Donald Trump. Mais l'ascension du métal jaune s'est arrêtée à 1338USD et surtout, elle n'a duré que quelques heures. Le mouvement de panique initial a rapidement fait place à un optimisme débridé sur les marchés financiers.
...

Outre les détenteurs d'obligations, les investisseurs en métaux précieux sont pour l'instant les principales victimes des élections présidentielles américaines. La veille de l'événement, les journalistes prévoyaient que l'or atteindrait au moins 1400USD l'once en cas de victoire de Donald Trump. Mais l'ascension du métal jaune s'est arrêtée à 1338USD et surtout, elle n'a duré que quelques heures. Le mouvement de panique initial a rapidement fait place à un optimisme débridé sur les marchés financiers. Manifestement, les craintes antérieures sur les conséquences des mesures protectionnistes annoncées ont été glissées sous le tapis. La "nouvelle" logique veut que les dépenses prévues pour l'infrastructure et la défense vont générer de l'inflation. Le taux des obligations publiques américaines à 10ans a atteint son plus haut niveau en plus d'un an, et le dollar aussi s'est envolé. Ces phénomènes ont eu un impact négatif sur le cours de l'or. Les chiffres de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) ont par ailleurs révélé que les hedge funds avaient été massivement pris à contre-pied: le nombre de positions acheteuses sur l'or (pour miser sur une hausse de son cours) avait encore augmenté au cours de la semaine de transactions qui s'est terminée le 8novembre, juste avant les élections. Les investisseurs spéculatifs ont donc été obligés de virer de bord de toute urgence, ce qui a encore accéléré la baisse. L'or s'échange aujourd'hui "à peine" 15% au-dessus de son niveau du 1erjanvier 2016. En juillet, il affichait encore une hausse de 30%. L'argent aussi est en repli. Le tracker iShares Silver Trust est retombé à son plus bas niveau depuis la mi-mai. Pour l'or, c'est le taux réel qui importe, soit le taux nominal moins l'inflation. Un réel très bas, voire négatif, constitue un environnement favorable. Une hausse du taux nominal n'est donc pas nécessairement préjudiciable au métal jaune si elle s'accompagne d'un regain d'inflation. Et les promesses électorales de Trump ont un effet inflationniste. Les analystes prévoient à présent une poursuite de la hausse du dollar et de la baisse du cours de l'or et de l'argent. Voilà qui crée des opportunités pour les investisseurs à contre-courant, d'autant que l'évolution récente du cours de l'or a confirmé que les métaux précieux évoluent rarement dans la direction attendue. Les actions de mines d'or n'ont pas été épargnées. Le rendement du tracker sur les mines d'or Van Eck Vectors Gold Miners est retombé à 50% depuis le 1erjanvier, alors qu'il s'établissait à 125% il y a trois mois. Cette correction constitue une fenêtre d'entrée pour ceux qui avaient manqué le redressement de l'or et de l'argent en début d'année.