Le nouveau directeur de Nyrstar, Bill Scotting, a tenu parole et présenté un plan détaillé quelques semaines après le rapport trimestriel qui mentionnait la nécessité d'une nouvelle augmentation de capital. Dans un premier temps, l'entreprise fera à nouveau appel aux actionnaires. Nyrstar table sur 250 à 275 millions EUR via une émission d'actions avec droits préférentiels pour les actionnaires existants. L'émission est entièrement souscrite : pour maximum 125 millions EUR par Trafigura (déjà le plus grand actionnaire avec 20%), et pour la partie restante, non souscrite, par Deutsche Bank et KBC Securities. Trafigura ne va cependant pas porter sa participation à plus de 49,9%, et ne prévoit pas d'offre d'achat. Les autres détails - le calendrier, le nombre de nouvelles actions et le prix d'émission - seront annoncés après la publication des résultats annuels 2015 (4 février 2016). Le nombre d'actions en circulation, qui a déjà doublé à 340 millions l'an dernier, devrait à nouveau subir une forte augmentation. Un deuxième élément, f...

Le nouveau directeur de Nyrstar, Bill Scotting, a tenu parole et présenté un plan détaillé quelques semaines après le rapport trimestriel qui mentionnait la nécessité d'une nouvelle augmentation de capital. Dans un premier temps, l'entreprise fera à nouveau appel aux actionnaires. Nyrstar table sur 250 à 275 millions EUR via une émission d'actions avec droits préférentiels pour les actionnaires existants. L'émission est entièrement souscrite : pour maximum 125 millions EUR par Trafigura (déjà le plus grand actionnaire avec 20%), et pour la partie restante, non souscrite, par Deutsche Bank et KBC Securities. Trafigura ne va cependant pas porter sa participation à plus de 49,9%, et ne prévoit pas d'offre d'achat. Les autres détails - le calendrier, le nombre de nouvelles actions et le prix d'émission - seront annoncés après la publication des résultats annuels 2015 (4 février 2016). Le nombre d'actions en circulation, qui a déjà doublé à 340 millions l'an dernier, devrait à nouveau subir une forte augmentation. Un deuxième élément, finalisé avant même le lancement de l'émission d'actions, est la clôture d'un contrat de livraison de zinc métal pour trois ans, avec une avance de 150 à 200 millions EUR. Ces deux éléments suffiront pour rembourser l'intégralité de l'obligation (415 millions EUR encore à payer) qui vient à échéance en mai 2016. Nyrstar envisage ensuite l'émission d'une nouvelle obligation pour 200 à 250 millions EUR, mais uniquement si le taux à payer n'est pas trop élevé. L'entreprise a conclu un contrat à long terme avec Trafigura (qui entrera en vigueur le 1erjanvier 2016) pour l'achat et la vente de concentré de zinc et de plomb ainsi que de zinc et de plomb métal. Il est clair que l'emprise de Trafigura sur Nyrstar croît encore, et c'est là que réside le principal risque du nouveau plan. La Commission européenne a récemment ouvert une enquête sur une éventuelle position dominante de Trafigura sur le marché européen du zinc. Ses conclusions seront publiées au plus tard le 1erdécembre. Si elles sont négatives, elles entraîneront une réduction forcée de la participation de Trafigura dans Nyrstar, ce qui susciterait un fort regain d'incertitude. L'autre nouvelle importante est le fait que toutes les options soient désormais envisagées pour une division minière qui ne parvient pas à décoller, y compris la vente de toutes les mines. Les efforts d'économies sont encore intensifiés, de 40 millions à 60 millions EUR, et les dépenses d'investissement dans la croissance ramenés à zéro. Nous confirmons notre note " conserver " (2C), uniquement à condition que vous ayez l'intention de souscrire à l'augmentation de capital. De plus en plus d'analystes sont positifs concernant Recticel. Les résultats du troisième trimestre justifient-ils cet optimisme ? L'action du producteur de caoutchouc-mousse Recticel a en tout cas progressé de 6,3% après la publication du rapport consacré au 3e trimestre. La tendance positive du 1er semestre s'est ainsi amplifiée ces trois derniers mois avec une augmentation cumulée du chiffre d'affaires (CA) de 5,9% à 323,4 millions EUR, contre +4,7% (667,5 millions EUR) entre janvier et juin. La hausse après neuf mois atteint ainsi 5,1% à 943 millions EUR, dont 2,4% sont imputables à des effets de change positifs. Comme au 1er semestre, la division Mousse souple est en retrait avec une hausse du CA de 0,6%, à 145 millions EUR (+1,5% après neuf mois). C'est surtout l'activité Confort (-0,6%; blocs de mousse pour l'industrie du meuble et d'autres industries) qui est en difficulté, en raison d'une concurrence intense. La division Literie (+9,5%, à 68,5 millions EUR) sous l'impulsion de Geltex (+19%), et la division Isolation (+8,3%, à 60,3 millions EUR) sont en revanche en plein essor. Les normes de plus en plus strictes en matière d'isolation des bâtiments soutiennent structurellement la demande de produits en polyuréthane très performants. La quatrième division, Automobile, a pu se redresser après un faible 2e trimestre (baisse des ventes de 2,5%) avec une hausse du CA de 8,7%, à 65,1 millions EUR. Après neuf mois, le compteur affiche un CA de 200,4 millions EUR, soit +3,7%. Colo-Sense Lite, une nouvelle technologie qui allège de 25% les revêtements de tableaux de bord et de panneaux de porte en polyuréthane, commencera à apporter une contribution significative au CA à partir de 2016. Après la forte dilution induite par l'augmentation de capital au début de cette année - 75,9 millions EUR récoltés et une augmentation du nombre d'actions en circulation de 29,7 à 53,5 millions -, la dette financière nette a encore baissé à 95,5 millions EUR (contre 167,2 millions EUR fin septembre 2014). Le groupe a confirmé les prévisions formulées précédemment pour 2015 : croissance du CA combiné et hausses des cash-flows opérationnels récurrents (REBITDA, hors éléments uniques) de 15%. Au cours du 1er semestre, le REBITDA a progressé de 15,7% à 42,9 millions EUR, soit un redressement de la marge de REBITDA de 5,8 à 6,4%. Le potentiel de cours dépendra surtout de l'amélioration de la rentabilité. Recticel affiche une valorisation attrayante à 1,15 fois la valeur comptable et 11 fois les bénéfices attendus 2016. Digne d'achat (1B).