Les résultats semestriels de Barco ont beau n'être pas très éloignés des projections, ils ont été mal accueillis par le marché. Les commandes massives ne se reflètent pas encore suffisamment dans le chiffre d'affaires (CA). Barco pointe du doigt ses fournisseurs.
...

Les résultats semestriels de Barco ont beau n'être pas très éloignés des projections, ils ont été mal accueillis par le marché. Les commandes massives ne se reflètent pas encore suffisamment dans le chiffre d'affaires (CA). Barco pointe du doigt ses fournisseurs. Le groupe a achevé le semestre sur un CA de 366 millions d'euros, légèrement en deçà du consensus. Le cash-flow opérationnel est, lui, un peu supérieur aux attentes. La démission (forcée?) du CEO Jan De Witte a fait l'effet d'un coup de tonnerre. La relève sera assurée par l'actionnaire de référence et actuel président Charles Beauduin et par An Steegen, jusqu'ici membre du conseil d'administration. Entrevoyant dès lors des opportunités à un peu plus long terme, nous appliquons notre tactique éprouvée: nous émettons un put et achetons un call. Nos positions précédentes ne sont pas encore échues. Le put décembre émis au prix d'exercice de 24 euros a rapporté 5,65 euros et peut être racheté 2,35 euros. Le call décembre acheté au prix d'exercice de 23 euros a légèrement reculé. Dans un cas comme dans l'autre, nous attendrons un peu. Les investisseurs peuvent nous rejoindre sur nos nouvelles positions.Barco mars 2022au prix d'ex. de 22 EURà 2 EURSi le sentiment boursier est favorable, le cours va pouvoir quitter son support technique autour de 20 euros et la prime nous sera alors acquise. Dans le cas contraire, nous pourrions avoir à acquérir les actions, au prix unitaire de (22-2) 20 euros; il ne nous resterait plus qu'à attendre des temps meilleurs.Barco mars 2022 au prix d'ex. de 20 EUR à 1,50 EURC'est la façon la plus simple de miser à la hausse avec des options. Les primes ne sont plus si bon marché qu'il y a quelques mois: nous payions, alors, deux fois moins pour des contrats comparables. L'option est aujourd'hui dans la monnaie(son prix d'exercice est inférieur au cours de l'action) et la moindre augmentation du cours devrait faire grimper la prime. La première résistance technique se situe un peu au-dessus de 24 euros. Là, notre call vaudrait au moins 4 euros. Si, en revanche, le cours n'augmentait plus, nous pourrions perdre notre mise. Mais nous tablons bien davantage sur une hausse.