Fondamentalement, les marchés boursiers internationaux ne sont pas encore prêts à opérer une percée définitive et donc, à entamer la phase suivante du mouvement haussier amorcé à Wall Street en 2009. Les cours et, surtout, les valorisations, intègrent d'ores et déjà le premier accord, tout symbolique, sino-américain, ce qui accroît à nouveau le risque de correction (sensible) à moyen terme. C'est pourquoi nous conservons des liquidités en abondance.
...