Tout d'abord, permettez-nous de vous souhaiter une excellente année 2015 ! Une santé de fer et un vif succès dans tout ce que vous déciderez d'entreprendre au niveau personnel, ainsi que, bien sûr, un rendement explosif sur votre portefeuille en placements. Dans un contexte de taux extrêmement faibles sur les investissements à rendement fixe, il faudra faire la part belle aux actions, sans nul doute. La quête de rendement est précisément l'un des paramètres qui nous permettent d'anticiper une année boursière 2015 positive. Même si les premières séances boursières prédise...

Tout d'abord, permettez-nous de vous souhaiter une excellente année 2015 ! Une santé de fer et un vif succès dans tout ce que vous déciderez d'entreprendre au niveau personnel, ainsi que, bien sûr, un rendement explosif sur votre portefeuille en placements. Dans un contexte de taux extrêmement faibles sur les investissements à rendement fixe, il faudra faire la part belle aux actions, sans nul doute. La quête de rendement est précisément l'un des paramètres qui nous permettent d'anticiper une année boursière 2015 positive. Même si les premières séances boursières prédisent le contraire (nous y reviendrons).Avec un return de 3,6%, notre portefeuille a connu une évolution en ligne avec celle de l'indice MSCI World (3,8%) et des places européennes, et proche de celle (4,1%) du DJ Stoxx600, qui regroupe les 600 principales entreprises européennes. Cette prestation " moyenne " est le résultat d'un excellent premier semestre (+14% contre +7% pour le MSCI World), contrebalancé par un faible second semestre (-11% contre -3% pour le MSCI World), où notre choix axé sur le long terme de privilégier des thématiques fixes a desservi nos intérêts. Les thèmes Or & métaux mais surtout Energie ont accusé un repli tellement sévère qu'ils ont érodé le rendement global. Gageons que ce handicap se transformera en atout cette année. Les sanctions infligées à ces valeurs leur permettent aujourd'hui de receler un potentiel de redressement.StratégieNous restons concentré sur le long terme, avec un thème central : la consommation de la classe moyenne des pays émergents, thème auquel nous allouons 30 à 50% de notre encours. Début 2015, nous en sommes à environ 40% sur un portefeuille totalement investi, soit dans la fourchette établie. Ce qui signifie actuellement que la pondération de ce thème est " neutre ". Aux autres thèmes, nous attribuons entre 10 et 20%. Mais alors que l'an dernier l'accent était encore placé sur les valeurs ayant pignon sur rue, qui ont connu un repli, cette année, nous nous concentrerons davantage sur les valeurs en retrait, celles qui promettent de faire leur come-back en 2015. C'est la raison pour laquelle nous avons vendu des actions comme Henkel et LVMH (devenues chères ou s'échangeant à un niveau proche du sommet) au profit de valeurs plus abordables ou se négociant nettement en dessous de leur sommet : Umicore, Solvay, ICBC... Nous n'attendons plus d'évolution supérieure à la moyenne de la première catégorie, mais bien de celle des valeurs européennes sensibles à la conjoncture (lire la rubrique Flash - DSM - de cette semaine).Depuis novembre, la dynamique de notre portefeuille s'est accrue car nous nous sommes intéressé, pour chaque valeur, aux divergences entre l'évolution de cours et les indicateurs techniques de marché sous-jacents. Ces divergences nous ont notamment incité à vendre nos positions dans Novo Nordisk et Essilor.