L'or a brillé au premier semestre. Son cours a grimpé de 27% avant de perdre un peu de son lustre au cours de la première semaine d'octobre, où il a reculé de 5% (en dollar américain, USD), la plus forte baisse sur une base hebdomadaire depuis mai 2013.
...

L'or a brillé au premier semestre. Son cours a grimpé de 27% avant de perdre un peu de son lustre au cours de la première semaine d'octobre, où il a reculé de 5% (en dollar américain, USD), la plus forte baisse sur une base hebdomadaire depuis mai 2013.La chute du cours de l'or allait de pair avec un raffermissement du dollar américain. C'était à nouveau la conséquence du mini-krach de la livre britannique. L'anticipation d'un nouveau relèvement des taux après que plusieurs indicateurs macroéconomiques se sont révélés positifs a également joué un rôle. Cependant, l'argument de l'appréciation du billet vert n'est pas totalement satisfaisant. Toutes les autres matières premières auraient, dans ce cas, dû s'être comportées comme l'or, quod non. Après la baisse de la semaine dernière, l'or affiche toujours un rendement de 18% en dollar USD. S'il est plus faible en euro (16%), il atteint 42% en livre Sterling. Comme toujours en cas de fortes fluctuations des cours, de nombreux analystes se sont empressés de revoir leurs objectifs à la baisse. Au début de cette année, les mêmes analystes avaient pourtant relevé leurs prévisions. Manifestement, les investisseurs ne prennent pas trop à coeur ces pronostics. On constate ainsi que la quantité d'or en gestion de trackers qui investissent dans le métal physique continue à augmenter malgré la baisse du cours. Selon les chiffres les plus récents du World Gold Council (WGC), l'ensemble des trackers physiques gèrent au total 2335,6tonnes d'or. C'est la quantité la plus élevée en plus de trois ans. La valeur de portefeuille SPDR Gold Shares (GLD) est de loin le plus grand tracker physique, avec une part de 41% du total. Les actions des producteurs d'or ont baissé avec le métal. C'était notamment le cas pour des trackers comme le Van Eck Gold Miners ETF (GDX) ou le Van Eck Junior Gold Miners ETF (GDXJ), qui s'échangent plus de 25% sous leurs sommets d'il y a deux mois. Mais tous deux affichent toujours une hausse de respectivement 68% et 99% par rapport au 1erjanvier 2016. Nous continuons à considérer toute correction digne de ce nom comme une opportunité d'achat, tant pour ce qui concerne l'or que les actions de mines aurifères.